Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Dernières nouvelles 2010

14/04/2010 DÉCLARATION DE LA IVE INTERNATIONALE

Thaïlande : Ni loi martiale, ni état d’urgence, ni coup d’État, lLa démocratie et la justice sociale !

Cf. aussi : [Thailande]

Bangkok, 4 avril 2010, manifestation des « chemises rouges ». © Cofspeed

Bangkok, 4 avril 2010, manifestation des « chemises rouges ». © Cofspeed

Cela fait maintenant un mois que les « chemises rouges », principalement des travailleurs, des paysans et des pauvres de Thaïlande, manifestent à Bangkok pour réclamer la démission du gouvernement et des élections anticipées. La crise actuelle prend ses racines dans le coup d’État de 2006 qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu de Thaksin Shinawatra. Le gouvernement actuel d’Abhisit Vejjajiva est illégitime. Il a été mis en place par les militaires à la faveur d’un renversement d’alliance au Parlement. Il est l’émanation des élites traditionnelles thaïlandaise : les militaires, les élites bureaucratiques et la monarchie.

Après un mois de manifestations et de crise, le gouvernement a cherché à museler l’opposition, en instaurant l’État d’urgence à Bangkok et dans les provinces avoisinantes. Des mandats d’arrêts contre les principaux dirigeants des « chemises rouges » ont été émis. La Chaîne de télévision du peuple (PTV), très populaire parmi les « chemises rouges », ainsi que 36 sites internet indépendants, qui ne relayaient pas la propagande gouvernementale, ont été fermés. Dans le même temps, la chaîne de télévision ASTV, des « chemises jaunes » (forces réactionnaires royalistes), a continué d’émettre ses appels à la haine et à la violence contre les manifestants. Une fois de plus les élites thaïlandaises ont montré leur véritable nature, au service des puissants et des bien-nés.

Ces mesures n’ont fait qu’augmenter la détermination des manifestants à lutter pour plus de justice sociale et la démocratie. Ils étaient encore plusieurs dizaines de milliers vendredi 10 avril et samedi 11 avril dans les rues de Bangkok à réclamer la démission d’Abhisit et la tenue d’élections législatives anticipées. Samedi, les militaires ont férocement réprimé les manifestants désarmés, certains tirants à balles réelles. Un bilan officiel parle de 21 morts et plus de 850 blessés. La plupart sont des « chemises rouges ». C’est la pire répression qu’ait connu la Thaïlande depuis le coup d’État de 1992.

Aujourd’hui les « chemises rouges » se battent pour mettre fin à plusieurs décennies de « démocratie version thaï » : la concentration des pouvoirs entres les mains des militaires, de la haute bureaucratie et de la monarchie, qui n’acceptent le résultat des urnes que quand il leur est favorable.

La Quatrième internationale est solidaire de la lutte pour la justice sociale et la démocratie que mènent les « chemises  rouges ». La répression des manifestants à Bangkok n’a pas entamé leur détermination. Abhisit, responsable du bain de sang, doit démissionner et convoquer des élections législatives au plus tôt.

Un terme doit être mis à la répression, à la censure des médias et à la négation des libertés démocratiques. Le droit d’organisation, d’association, de grève et de manifestation doivent être respecté. ■

Le 14 avril 2010

Chronologie de la Thaïlande Inprecor)

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta