Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Dernières nouvelles février 2014 *

BOSNIE-HERZÉGOVINE

De l’importance du Plénum de Tuzla

Cf. aussi : [Bosnie-Herzégovine]

Radnicka Borba *

À ce jour, la plus importante avancée de la révolte des travailleurs de Bosnie-Hérzegovine c’est la création et le fonctionnement quotidien du Plénum de Tuzla.

Zagreb, le 12 février 2014

Il est naturel qu’une nouvelle forme de la politique au service des opprimés soit apparue dans cette ville, où le soulèvement a commencé et où, dès le début, les travailleurs salariés ont été sa force principale – c’est autour d’eux que se sont rassemblés les étudiants, les chômeurs et les retraités.

BOSNIE-HERZÉGOVINE

Contrairement à tous les gouvernements et à tous les Parlements, qui par leur nature sont nécessairement bureaucratiques et qui représentent un outil dans les mains des politiciens corrompus alliés aux magnats et à toutes les sortes de capitalistes, le Plénum est un organe dans les mains du peuple et il représente et protège ses intérêts. Par conséquent, le Plénum de Tuzla est l’événement politique le plus important des dernières décennies non seulement en Bosnie-Herzégovine, mais dans toute la région.

Les « analystes » et « journalistes » philistins, dont l’horizon est limité à leurs « couleurs nationales », laissent échapper leurs rires de hyènes en entendant cela. La signification de cette Assemblée plénière n’est pas temporaire et il ne s’agit pas d’un épisode. Quelle que soit le développement du mouvement au cours des semaines et des mois à venir, personne ne pourra effacer de la mémoire de la classe ouvrière l’existence de ce plénum. Dans les prochaines années, chaque fois que les travailleurs et les autres opprimés — non seulement en Bosnie-Herzégovine, mais aussi en Croatie, en Serbie, en Slovénie et au-delà — vont se poser la question sur comment ils peuvent s’organiser au cours de leurs luttes, les formes d’organisation que les travailleurs de Tuzla leur ont montré seront leur réponse naturelle.

Ce mode d’organisation à l’échelle d’une ville, que les travailleurs et leurs alliés ont réinventé à Tuzla, est apparu avec le mouvement ouvrier moderne. La première fois ce fut à Petrograd en 1905.

Dans notre région, au cours des dernières décennies, une telle forme d’organisation a vu le jour dans le mouvement étudiant : les réunions tenues lors de l’occupation de l’université de Belgrade, les assemblées qui ont eu lieu durant le blocus des facultés de Médecine en Croatie. Mais à Tuzla ce mode d’organisation a été porté à une niveau qualitativement plus élevé. À Tuzla, les ouvriers, en coopération avec les militants impliqués dans l’organisation de l’insurrection, ont convoqué une session plénière à l’échelle de toute la ville afin de formuler leurs exigence devant le Parlement du canton de Tuzla. Trois facteurs mettent en avant extraordinaire importance de ce plénum :

Tout d’abord, et c’est le facteur dominant, la classe ouvrière représente l’épine dorsale de ce plénum et elle est la seule classe capable de mettre en avant le projet d’une nouvelle société, en raison de sa puissance et de son rôle social (contrairement aux étudiants qui ont été jusque là les seuls à se doter de telles assemblées) ;

D’autre part, ce plénum ne représente pas les intérêts de petits groupes, mais il est ouvert aux larges masses ;

Enfin, il vise à réaliser les intérêts du peuple de toute la ville et ses décisions l’ont ouvertement impliqué dans la vie politique du pays : il a exigé la formation d’un nouveau gouvernement.

Ce plénum a donné une réponse à la question comment les opprimés peuvent s’organiser pour agir, en dehors de la participation à des Parlements, sans faire appel à des gouvernements corrompus et sans implorer la miséricorde de la classe dominante. C’est une expression cohérente pour comprendre que les opprimés peuvent ne pas compter sur les institutions et les partis politiques existants, mais qu’ils ont besoin de s’auto-organiser dans leur lutte pour protéger leurs intérêts. Le Plénum n’est donc pas une organisme ou un regroupement informel qui aurait un caractère consultatif ou informel. Le Plénum est une nouvelle institution politique. Tout comme il y a des présidents, des ministres, des parlements au service des élites – pour leur garantir la corruption, la criminalité et l’appauvrissement de la population – il y a maintenant de l’autre côté de la barricade un plénum qui exprime les intérêts des gens communs et qui, par son mode de fonctionnement, empêche les abus du pouvoir et agit en tant qu’organe de combat du mouvement.

Le développement de l’insurrection en Bosnie, qui pourrait conduire vraiment à des changements majeurs et décisifs dans la vie sociale et politique, doit inclure la propagation de tels plénums à l’échelle du tout le pays, leur coordination et le création d’un gouvernement issu et fondé sur ce système de plénums. Parallèlement, dans chaque lieu, dans chaque quartier, des plénums locaux doivent être organisés afin d’envoyer des délégués dans les plénums de leur ville – c’est seulement de cette façon qu’il sera possible de créer un fonctionnement démocratique et efficace du système des plénums. La solution ne peut pas consister dans le remplacement des gens dans les gouvernements en place, ni même de leur interdire tout simplement de se représenter (même si une telle interdiction peut être utilisée). La cause de la situation en Bosnie-Herzégovine ce n’est pas le rôle joué par des politiciens corrompus ou des capitalistes avides, c’est un système économique et politique qui continuera à produire de tels personnages aussi longtemps qu’il existera. La seule alternative : tout le pouvoir aux Plénums !

Alors que les plénums connaissent naturellement leurs douleurs d’enfantement, alors qu’ils commencent seulement à être construits, il est normal qu’ils n’ont pas encore pleinement conscience de leur propre importance et de leur incommensurable pouvoir politique. Il y aura beaucoup de ceux – même parmi les participants au Plénum – qui vont insister à tort sur son caractère temporaire, sa frivolité et il est même possible que, parfois, la majorité de ses participants, ignorant son pouvoir potentiel et la signification de leur Plénum, cherchera des réponses « véritables » auprès des institutions et des modèles existants. Il y aura aussi ceux qui vont mettre l’accent sur sa forme et non sur son contenu, qui voudront transformer certaines expériences ou certains paramètres particuliers des plénums en un dogme. Le plénum ne doit pas être esclave de toutes ses formes et ses règles ainsi que ses modalités de fonctionnement devraient être déterminés et modifiés en fonction de leur efficacité et du contexte de son travail (évidemment sans perdre son caractère de classe et son fonctionnement démocratique). D’autre part, toutes les forces qui cherchent à préserver l’ordre actuel voudront faire disparaître les plénums et feront tout pour un retour à la « normalité », dans l’enceinte des anciennes institutions qui protègent leurs intérêts. Il est donc nécessaire de protéger avec vigilance l’assemblée plénière en tant que point focal et l’épine dorsale du mouvement.

Travailleurs, chômeurs, étudiants et retraités de Tuzla, soyez conscients que vous êtes l’embryon d’un nouveau gouvernement issu du peuple, un gouvernement qui se dégagera du Plénum !

Que le nouveau gouvernement du canton de Tuzla doit être choisi, doit rendre des comptes et doit pouvoir être révoqué à tout moment par le Plénum !

Que le gouvernement du plénum empêche à jamais le retour de l’ordre ancien et qu’il commence à construire une nouvelle société ! ■

Proclamation du Plénum des travailleurs et citoyens de Tuzla

Tuzla, le 7 février 2014

Aujourd'hui à Tuzla un nouvel avenir a été créé ! Le gouvernement a présenté sa démission, qui a été la première demande des manifestants et cela crée les conditions pour la poursuite de la résolution des problèmes existants et la réalisation du reste des revendications des travailleurs.

La colère accumulée et la rage sont les causes du comportement violent. L'attitude des autorités a conduit au fait que la situation a dégénéré à Tuzla. Maintenant, dans cette nouvelle situation, nous devons nous concentrer cette colère et cette rage sur la construction d'un système de gouvernement productif et utile.

Nous invitons tous les citoyens à soutenir la réalisation des exigences suivantes :

1. Le maintien de l'ordre public par la coopération des citoyens, de la police et de la protection civile, afin d'éviter toute criminalisation, politisation et manipulation des protestations.

2. L'établissement d'un gouvernement technique, composé de professionnels, non membres d’un parti politique, qui ne sont pas compromis, qui n'ont pas eu un seul mandat du gouvernement quelque niveau que ce soit niveau, afin de préparer les élections de 2014 dans le canton de Tuzla. Ce gouvernement devra chaque semaine les plans hebdomadaires et les rapports d’activités et réaliser les objectifs demandés Le travail du gouvernement sera suivi par tous les citoyens intéressés.

3. Résoudre, par une procédure d'urgence, les questions de la régularité de la privatisation des sociétés suivantes : “Dita”, “Polihem”, “Poliolhem”, “Gumara” et “Konjuh”.

Ainsi que :

- Tenir compte de l’ancienneté et assurer des soins de santé pour les travailleurs ;

- Poursuivre les criminels économiques et tous leurs complices ;

- Saisir les avoirs acquis illégalement ;

- Annuler les contrats de privatisation ;

- Faire une révision de la privatisation ;

- Rendre les usines aux ouvriers et les placer sous le contrôle des autorités publiques afin de protéger l'intérêt public et reprendre la production dans les usines où c’est possible.

5. Équilibrer les salaires des représentants du gouvernement avec les salaires des employés des secteurs public et privé.

6. Suppression des primes aux représentants du gouvernement, comme des revenus complémentaires qu’ils reçoivent pour la participation à des commissions, des comités et d’autres organes, ainsi que de toutes les autres compensations excessives et injustifiées qu’ils reçoivent alors que les travailleurs des secteurs public et privé n’y ont pas accès.

7. La suppression des salaires payés après l’expiration ou la résiliation de leur mandat aux ministres et éventuellement à d’autres représentants du gouvernement.

Cette proclamation a été élaborée par les travailleurs et les citoyens du canton de Tuzla, pour le bien de tous. ■

* Radnicka Borba (Lutte des classes) est une jeune organisation de Croatie, qui participe en tant qu’observatrice aux réunions des instances de la IVeInternationale. Cet article est traduit de son site web : http://www.radnickaborba.org

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta