Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

N° 598 octobre 2013

GRÈCE

Les néo-nazis assassinent

Cf. aussi : [Grece]

Dans la nuit du 17 au 18 septembre, les néo-nazis de l’Aube dorée ont assassiné Pavlos Fyssas, 34 ans, militant antifasciste et rappeur connu sous le pseudonyme Killah P. Les témoignages indiquent qu’il s’agissait d’une attaque préméditée .

Pavlos Fyssas, militant antifasciste et rappeur.

Pavlos Fyssas, militant antifasciste et rappeur.

Pavlos Fyssas, sa compagne et un autre couple passaient par la place Tsaldari, dans le quartier Amfiali (Keratsini), où un groupe de 15 à 20 fascistes, en uniforme de l’Aube dorée, lui crièrent : « Que’est-ce que tu cherches ? Tu sais qu’il n’y a pas de place pour toi dans ce quartier ». Les deux couples s’éloignant vers l’avenue Lampraki, un autre groupe de 10 néonazis sorti d’une autre ruelle et parvint à les entourer. Arriva alors, en sens interdit, une voiture dont sortit le permanent de la section locale d’Aube dorée, Grigoris Roupakis, qui poignarda le jeune rappeur antifasciste.

Sur la Grèce

Tout cela c’est produit en présence d’une équipe de policiers motocyclistes (DIAS), qui observaient sans intervenir, jusqu’à ce que la majorité des fascistes aient quitté les lieux, alors que Pavlos Fyssas était à terre, mortellement blessé,. Alors une jeune policière serait intervenue, jetant à terre l’assassin, l’immobilisant, braquant son arme sur lui et lui passant les menottes. Elle aurait crié à ses collègues de se dépêcher de venir l’aider et ces derniers se seraient abstenus au motif que « les délinquants étaient nombreux ».

Cet assassinat survient après que l’Aube dorée a perdu pour la première fois un procès en diffamation contre des militants antifascistes, début septembre, et que ses bandes armées ont agressé des colleurs d’affiches du Parti communiste (KKE) dans un quartier de Pyrée, blessant gravement plusieurs d’entre eux. Les nazis de l’Aube dorée ont auparavant agressé à de nombreuses reprises des immigrés, tuant plusieurs d’entre eux et en blessant plusieurs dizaines, sans que la justice soit capable de condamner les auteurs de ces actes barbares.

L’assassinat de Pavlos Fyssas a provoqué une mobilisation antifasciste et des manifestations massives dans plusieurs villes de Grèce le 18 septembre, dont plusieurs dizaines de milliers dans le quartier où Pavlos a été assassiné. Les syndicats et les organisations de gauche ont lancé des appels en vue de construire un mouvement antifasciste. Nous reproduisons ci-dessous trois de ces appels. ■

Mobilisation populaire pour isoler les criminels de l’Aube Dorée »

Appel des organisations syndicales *

Nous condamnons l’assassinat de sang-froid du jeune homme de 34 ans, qu’ont perpétré hier à Keratsini des criminels fascistes de l’Aube Dorée. La machine criminelle de l’Aube Dorée frappe les quartiers populaires, révélant que c’est un instrument du système pourri du capitalisme. Ce système vise à terroriser chaque travailleur, chaque jeune qui lève la tête et qui lutte contre cette politique barbare. Il ne faut pas que la lutte cesse.

Le peuple a le pouvoir de les écraser. Maintenant nous avons besoin d’une mobilisation populaire massive et d’une action de tous les travailleurs et des jeunes pour isoler les criminels de l’Aube Dorée, dans chaque lieu de travail, dans chaque secteur, dans chaque quartier populaire.

Chaque organisation de masse doit développer une action pour les jeter dehors, eux et leur idéologie pourrie, pour que le poison nazi cesse de se répandre.

Nous appelons tous les syndicats et toutes les organisations à condamner et à se rendre au rassemblement mercredi 18 septembre à 17h30 place Zarden, à Amfiali (Keratsini).

* Cet appel a été signé par : le Syndicat du Métal du Pirée, l’Association panhellénique du maintien des plages, la Fédération des électriciens navals, la Fédération des constructeurs navals, l’Association panhellénique des mécaniciens de la marine marchande, Association panhellénique des ingénieurs mécaniciens de Stephenson [société transnationale de maintenance maritime], l’Association panhellénique des cuisiniers professionnels de la marine marchande, l’Association panhellénique des remorqueurs-sauveteurs, l’Association panhellénique des retraités de la NAT, l’Association panhellénique de pompes à vidange, le Syndicat des constructeurs du Pirée, l’Association des comptables du Pirée, la Fédération des employés de commerce du Pirée, la Fédération des nettoyeurs du Pirée, la Fédération de la santé privée du Pirée, le Syndicat annexe du Pirée de l’alimentation et du tourisme, la Fédération des retraités de l’IKA [sécurité sociale] du Pirée, la Fédération des retraités de l’OAEE du Pirée [école d’ingénieurs], la Fédération des retraités de l’IKA de Nikaias-Korydallou, la Fédération des retraités de l’IKA de Salamine. (Publié par A l’Encontre : http://alencontre.org/europe/grece/grece-apres-le-meurtre-de-pavlos-fyssas-vaste-mobilisation-antifasciste.html)

Babacar, Luqman **, Pavlos, votre sang ne sera pas oublié !

Déclaration de l’OKDE Spartakos ***

La nuit dernière, à Keratsini, le militant antifasciste Pavlos Fyssas, âgé de 34 ans, a été assassiné par des membres de l’Aube dorée. Les meurtries ont tendu une embuscade à Pavlos sur son chemin de retour d’un café à la maison. C’est un assassinat politique. Pavlos, connu sous le pseudonyme Killah P., un militant bien connu du mouvement antifasciste et chanteur hip-hop, n’a pas été attaqué par hasard. Selon les témoignages, une brigade de policiers motards a assisté à la scène et n’a rien fait pour empêcher l’attaque.

Sur la Grèce

Cet assassinat n’est pas un acte isolé. Nous devons la comprendre dans le cadre des agressions sans cesse croissantes de l’Aube dorée non plus seulement contre les immigrés, mais aussi systématiquement contre les militants et les organisations des mouvements de masse. C’est la poursuite de l’action agressive de l’Aube dorée, qui a commencé par l’attaque violente contre le concert antifasciste à Kallithe et a continué avec l’attaque meurtrière contre des membres du Parti communiste à Perama, il y a quelques jours. Ces attaques montrent les véritables objectifs du fascisme. Visant à prouver leur loyauté envers le patronat, les néonazis de l’Aube dorée s’en prennent aux syndicats, aux militants du mouvement ouvrier, aux immigrés et aux antifascistes.

L’action meurtrière de l’Aube dorée constitue une escalade des attaques déclenchés depuis longtemps par le gouvernement contre les droits des travailleurs et contre leurs luttes, contre les mouvements des jeunes et les squats, contre les immigrés. Profitant du climat anticommuniste nourri par le gouvernement et de la protection que leur procure la police, l’Aube dorée se présente comme une force prête à tout pour répondre aux besoins du patronat, même à commettre de sang froid des meurtres.

Par conséquence, nous n’avons aucune confiance dans l’hypocrite sensibilité démocratique du gouvernement, ni dans un quelconque « arc constitutionnel ». Nous sommes conscients que le gouvernement va combiner une mesure symbolique contre l’Aube dorée avec des mesures effectives contre le mouvement ouvrier.

Mais le mouvement ouvrier ne restera pas passif. Il est temps d’éradiquer les fascistes de chaque lieu de travail et de chaque quartier, par des initiatives d’en bas, massives, solidaires et militantes, par une manifestation antifasciste immédiate contre leur siège afin d’en finir avec l’organisation meurtrière néonazie « Aube dorée ». Les dizaines de milliers de manifestants à Keratsini prouvent que nous pouvons le faire. Transformons notre rage en puissance organisée pour les écraser !

Grigoris Lambrakis (11), Sotiris Petroulas (12), Nikos Temponeras (13), Pavlos Fryssas, c’est une promesse que nous faisons à votre mémoire : le fascisme ne passera pas !

** Babacar Ndiaye, un immigré sénégalais de 37 ans, est mort le 2 février 2013 à la station de métro athénien Thissio, après avoir été poursuivi et poussé sur les rails par les policiers, qui se sont enfuis, abandonnant son corps. Shahzad Luqman, un travailleur pakistanais de 27 ans, a été assassiné à coups de couteaux par des néonazis le 17 janvier 2013 à Athènes.

*** Cette déclaration de OKDE Spartakos, section grecque de la IVe Internationale, a été publié le 18 Septembre 2013.

Soit nous écraserons le fascisme, soit il nous nous écrasera

Communiqué de Kokkino (Rouge) ****

Athènes, mercredi 18 Septembre 2013

L’assassinat à sang-froid de Pavlos Fyssas, âgé de 34 ans par des néonazi de l’Aube dorée, est le début d’une ère complètement nouvelle dans l’action des fascistes. Après l’attaque criminelle contre les membres du Parti communiste à Perama (21), il y a quelques jours, l’assassinat de l’antifasciste Pauvlos Fyssas est maintenant une déclaration ouverte de guerre des fascistes à la gauche et au mouvement ouvrier. Le membres de l’Aube dorée ne se satisfont plus de la logique de « Kaiadas » (22) consistant à cibler les couches les plus faibles de la société (les immigrés, les homosexuels, etc.), mais passent maintenant à aggresser leur ennemi naturel : le mouvement ouvrier et de la jeunesse, ainsi que la gauche.

La brusque escalade de la violence fasciste n’est pas du tout aléatoire et spontanée, puisqu’elle se manifeste dans une période de croissance de la lutte par la grève contre les memoranda, du renforcement de l’influence de la gauche et alors que le gouvernement est dans une impasse apparente. En fait, l’Aube dorée visera clairement l’écrasement du mouvement ouvrier et de la gauche, afin de démontrer ainsi son utilité au patronat (les capitalistes, les banquiers, la Troïka) et de gagner totalement leur confiance. L’armée d’éléments meurtriers et de la pègre, guidée, il y a quelques jours par Kasidiaris (23) à Meligalas (24), est prête à agir et à prouver qu’elle peut être utile. Et son utilité ne se limite pas seulement à des meurtres et à des attaques contre la gauche. Elle essaie de plus de prouver aux gouvernants qu’ils peuvent compter sur les néonazis dans la perspective de la dissuasion, voire de la déstabilisation et du renversement d’un gouvernement de gauche. C’est en effet ce qui est dit et écrit ces jours-ci par « des journalistes réputés » sur le besoin de coopération des  « forces conservatrices » et de l’Aube dorée, afin d’éviter un gouvernement de gauche.

Cette brusque escalade doit sonner l’alarme et marquer un tournant décisif dans la lutte antifasciste de la gauche et du mouvement ouvrier. Nous devons maintenant comprendre que l’antifascisme n’est pas un front secondaire de combat, à côté de tous les autres, ni que la lutte contre le fascisme est satisfaite automatiquement par la lutte contre les memoranda. Au contraire, il n’y aura aucun renversement de l’austérité et des memoranda si la lutte antifasciste n’évolue pas parallèlement, puisque la montée de la droite fasciste s’appuie justement sur le maintien du statu quo et des intérêts du capital. On doit d’abord et avant tout mettre fin aux illusions sur la confrontation institutionnelle avec le fascisme, soit par une coalition des tous les parties de « l’Arc constitutionnel », soit par l’appareil de l’État. Il ne peut y avoir aucune alliance avec des forces qui, non seulement exercent une politique d’austérité brutale et de racisme, renforçant ainsi l’Aube dorée, mais dont beaucoup sont favorables à son action terroriste contre les luttes ouvrières. De même, la lutte antifasciste ne peut plus se limiter à la pression sur les institutions de l’État pour qu’elles commencent à fonctionner. La police est tellement érodée par des fascistes, que l’attribution à elle de la défense contre les attaques fascistes constitue maintenant non seulement une mauvaise blague mais une dangereuse illusion ayant des conséquences douloureuses pour le mouvement et le peuple.

Le besoin le plus fondamental, cependant, est la construction d’un front uni contre le fascisme par les forces de la gauche (Syriza, KKE ANTARSYA), les organisations de travailleurs et les mouvements de la jeunesse et les antifascistes dans le but de développer et de coordonner l’action antifasciste partout. Le sectarisme, les perceptions de pureté et de fatalisme doivent cesser immédiatement, sinon il y a un risque sérieux de répéter les erreurs tragiques du passé, quand la gauche était en train de résoudre ses différences dans le contexte de la montée du fascisme. Finalement il est nécessaire de développer des groupes d’autodéfense dans chaque quartier et chaque lieu de travail afin d’enrayer la violence fasciste meurtrière et d’assurer la sécurité du mouvement ouvrier, des immigrés et de toutes les victimes d’attaques des néonazi. Tous ces efforts doivent également avoir une coordination centrale pour être en mesure de protéger les principaux événements et les activités du mouvement ouvrier. ■

**** Kokkino (Rouge) est une organisation marxiste-révolutionnaire qui a pris part à la construction du principal parti de la gauche grecque, Syriza. Elle a le statut d’observateur permanent de la IVe Internationale. Nous reproduisons cette déclaration de son site web : http://www.kokkino.org/

Notes

1. Grigoris Lambrakis (1912-1963), médecin et député de la Gauche démocratique unie (EDA) a été assassiné par deux fascistes en sortant d’un meeting du mouvement de la paix à Thessalonique. Son assassinat est le sujet du roman et du film « Z ».

2. Sotiris Petroulas (1942-1965), étudiant en économie et militant du mouvement exigeant la justice pour Lambrakis, a été tué par un tir de grenade lacrymogène. Mikis Theodorakis a fait une chanson en sa mémoire.

3. Nikos Temponeras ( -1991), professeur de mathématiques et militant syndicaliste, a été assassine par un extrémiste, dirigeant des jeunesses du parti Nouvelle démocratie au pouvoir, à Patras, au cours du mouvement étudiant de 1991 (1500 grèves, des centaines de milliers de manifestants), qui imposa le retrait de la contre-réforme de l’enseignement.

21. Perama est un quartier touchant le chantier naval du Pirée, où l’Aube dorée tente de former des syndicats. Le 12 septembre dernier entre 30 et 50 néonazis ont attaqué une vingtaine de militants du KKE (Parti communiste) et blessé sérieusement neuf d’entre eux, dont le président du Syndicat des métallurgistes de Pirée.

22. Kaiadas était un gouffre dans Sparte antique où on jetait les bébés « invalides », les malfaiteurs et les prisonniers de guerre.

23. Ilyas Kasidiaris est le porte-parole et député de l’Aube dorée, son immunité parlementaire a été levée en 2012.

24. Meligalas est un village à la région de Kalamata, où ont lieu les cérémonies annuelles de haine de l’extrême droite, relatives à la guerre civile.

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta