logo-inprecor

Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale

 

N° 587 octobre 2012

PORTUGAL

Un million de révoltés dans les rues

Cf. aussi : [Portugal]

Rui Viana Pereira *

Les médias internationaux ont fait l’impasse sur l’énorme mobilisation populaire qui a secoué la vie politique du Portugal le samedi 15 septembre 2012 : un million de manifestants (10 % de la population) dans tout le pays, dont au moins 500.000 dans la capitale. La plus grande manifestation depuis le 1er mai 1974 après la chute de la dictature de Salazar.

La résignation, caractéristique du peuple portugais ?

Au cours des dernières années, mises à part certaines manifestations minoritaires d’organisations et mouvements sociaux, la population portugaise a supporté avec soumission les mesures d’austérité.

Cette résignation n’est pas le produit d’une « caractéristique nationale » ou culturelle pas plus qu’elle ne résulte de la stupidité congénitale. Non, elle provient de décennies de campagnes massives de propagande qui ont conduit les travailleurs portugais, en dépit de toute évidence, à accorder du crédit aux histoires les plus terribles. A force de campagnes destinées à faire croire à la population qu’elle est la responsable du déficit de l’État ou de l’endettement public et que son sauvetage dépend de celui des banques et des spéculateurs financiers, qu’il n’y a pas d’argent pour payer les services ou les fonctionnaires publics, la population a accepté l’intervention de la Troïka.

Synthèse actualisée Inprecor

Cette crédulité intervient dans un pays où le salaire minimum net mensuel est depuis ces dernières années inférieur à 400 euros (ce chiffre doit être comparé avec celui de l’Espagne, de la Grèce et d’autres pays européens) ce qui donne lieu à deux conclusions :

1. Il est plus facile de dominer un peuple habitué à la misère pendant des générations.

2. Au cours des trente dernières années, le capital et les partis qui ont alterné au gouvernement (PS, PSD et CDS-PP) ont concentré la majeure partie de leurs forces et de leurs ressources à l’engagement des conseillers en communication et au contrôle absolu des médias.

Toute résignation a une limite

Cependant, le mécontentement et la révolte de certains secteurs se sont fait sentir de temps à autre. Depuis le 12 mars 2011, on a assisté à deux grèves générales et plusieurs grandes manifestations. Le 15 septembre dernier, on a vu des manifestations massives de gens en colère. On estime qu’elles ont réuni plus d’un million de personnes dans tout le pays.

Les mots d’ordre de l’appel à la manifestation résumaient de façon exemplaire tous les motifs de révolte en cours : « Que la Troïka dégage ! », « Nous voulons récupérer le contrôle sur nos vies ! », « Il faut faire quelque chose d’extraordinaire ! ». Tout est sous-entendu dans ces trois phrases : l’urgence de faire tomber le gouvernement, de mettre fin à la politique d’austérité, de renouer avec les fonctions sociales de l’État, de suspendre le paiement d’une dette illégitime qui bénéficie au capital et spolie les travailleurs.

La veille de la manifestation, plusieurs représentants des forces de l’ordre et des sergents des forces armées ont transmis un message clair : le peuple portugais a de bonnes raisons de se révolter contre cet état de choses et les dirigeants politiques ne pourront pas compter sur eux pour réprimer le peuple qu’ils jurent de défendre.

Que peut signifier un million de personnes dans le contexte actuel ?

L’actuelle coalition au pouvoir (CDS-PP+PSD) avait obtenu le soutien de 29 % des inscrits le 5 juin 2011. Mais c’était :

— avant que les travailleurs ne perdent entre un et trois mois de salaire par an ;

— avant la mise en œuvre de l’annulation des conventions collectives ;

— avant l’augmentation de la charge horaire, hebdomadaire et annuelle de travail ;

— avant que les travailleurs ne soient obligés à prester des heures (et jusque des jours) supplémentaires non rémunérés, ;

— avant l’augmentation de la TVA ;

— avant les coupes dans les secteurs de maladie et invalidité, des soins de santé, de l’enseignement, de la culture, des allocations de chômage et du revenu minimum ;

— avant le licenciement massif d’enseignants ;

— avant le licenciement, la réforme expresse et la précarisation des médecins et infirmières du système national de santé ;

— avant la réduction draconienne du nombre de lits disponibles dans les hôpitaux publics ;

— avant le renforcement de mesures éducatives destinées à transformer les enfants en travailleurs habitués à être réduits en esclavage à partir de l’âge de 5 ans ;

— avant que certaines brigades de police ne viennent tuer dans des quartiers pauvres des périphéries urbaines ;

— avant que plus de 100 manifestants ne soient traînés devant le tribunal pour avoir manifesté pacifiquement contre les actions violentes et illégales de la mairie ;

— avant la fermeture de sites Internet qui annonçaient des manifestations ou rassemblements ;

— avant que des militants qui tentaient d’aider les habitants des bidonvilles ne soient roués de coups par des policiers en civil ;

— avant que des chômeurs indignés ne soient faits prisonniers et traînés devant le tribunal pour avoir tenté d’entrer dans une agence pour l’emploi afin de demander de l’emploi et distribuer des tracts ;

— avant l’augmentation brutale de la charge horaire des enseignants ;

— avant que le ministre de l’éducation n’annonce que les classes regrouperont désormais un maximum de 30 élèves contre 24 deux ans auparavant ;

— avant que les dialysés sans argent de l’intérieur du pays ne soient abandonnés à une mort certaine, ce qui peut être d’ores et déjà considéré comme un nouveau massacre des temps modernes ;

— avant que le gouvernement ne décrète la fermeture de la maternité la plus importante du pays qui était également un lieu d’enseignement en la matière ;

— avant une coupe de 100 % dans le budget de la culture…

Il faut savoir que cette manifestation a vu la participation de plusieurs dizaines de milliers de militants et sympathisants d’organisations politiques, de partis et de syndicats dont les organisations avaient commencé par condamner la manifestation. Il faut savoir que toute la semaine qui a précédé et jusque deux heures avant le début des rassemblements, les médias ont mené campagne intensivement pour dissuader la population de manifester, en invoquant de possibles assauts policiers, de provocateurs infiltrés, d’extrémistes masqués animés de mauvaises intentions, contribuant ainsi à empêcher que plusieurs centaines de milliers de personnes supplémentaires ne participent aux manifestations. Sous un voile de neutralité apparente, les médias ont fait de leur mieux pour démobiliser les manifestants potentiels.

Subite et imprévisible, la goutte d’eau qui fait déborder le vase

Avec une faute de sens du timing évident, deux jours après la convocation de la manifestation, le Premier ministre a annoncé les mesures les plus offensives que les travailleurs avaient en mémoire : une hausse de 7 % des contributions sociales des travailleurs accompagnée d’une baisse de 5,75 % des charges patronales et de coupes supplémentaires dans les fonctions sociales de l’État. Cette mesure vient s’ajouter aux précédentes mesures d’austérité et implique une nouvelle réduction salariale d’au moins 8,5 %.

Un grand nombre de manifestants (peut-être la majorité) ne possède pas d’autre arme de lutte — car beaucoup sont des travailleurs précaires qui ne peuvent pas s’octroyer « le luxe » de distribuer des tracts ou d’entamer une grève sous peine de licenciement immédiat et d’être mis sur la liste noire des agences pour l’emploi. Aujourd’hui, un grand nombre de gens ont peur d’apparaître dans une manifestation, d’être photographiés et reconnus publiquement et en conséquence de perdre leur emploi. On vit dans un climat de peur semblable à celui qui régnait sous la dictature.

Synthèse actualisée Inprecor

Pour toutes ces raisons, plus que pour le nombre de manifestants, cette manifestation du 15 septembre 2012 a été une démonstration claire de l’esprit de révolte qui soulève le pays. En terme strict de nombre, la seule manifestation de cette ampleur que nous avons en mémoire a été le 1er

mai 1974 lorsqu’un million de personnes sont sorties dans les rues de Lisbonne (qui comptait presque le double d’habitants par rapport à aujourd’hui). Cependant, il y a une différence significative entre les deux dates. Le 1er mai 1974, lorsqu’un million de personnes avaient envahi les rues de Lisbonne, ce qui marquait c’était les rires et les embrassades fraternelles suite à la chute de la dictature de Salazar qui avait eu lieu le 25 avril avec la révolution des œillets. Le 15 septembre 2012, c’était cette joie qui manquait dans les rues de Lisbonne et Porto.

Cette mobilisation massive ne peut être un accident dans le désert

Évidemment, il ne suffit pas de sortir dans les rues pour dire « assez ! » Un changement de rapport de forces politique est toujours le résultat de plus que de bonnes intentions ou des mots d’ordre. Des formes de lutte plus dures sont nécessaires pour forcer le pouvoir à reculer. En ce sens, face au formidable potentiel démontré dans le pays ce 15 septembre, les syndicats et organisations de gauche ont une responsabilité encore plus grande dans l’organisation des luttes contre l’austérité et le pouvoir institué. Ils ne pourront plus justifier leur tiédeur en émettant des doutes sur l’état d’esprit des travailleurs — indépendamment des opinions politiques de chacun, il est apparu clairement qu’il existe une conscience et une volonté généralisée de mettre fin aux mesures d’austérité et d’en finir avec le gouvernement et l’immixtion de la Troïka.

Dorénavant tout acte des organisations syndicales ou politiques qui ne prendrait pas clairement en considération cette manifestation et essaierait d’apaiser les esprits et de mettre fin aux engagements ne pourrait être considéré que comme un acte de trahison exécrable. ■

 Lisbonne, le 16 septembre 2012

* Rui Viana Pereira est militant du CADPP (Comité pour l’annulation de la dette publique portugaise). Cet article a été d’abord publié sur le site du CADPP et, traduit en français, par le CADTM (http://cadtm.org/Portugal-un-million-de-revoltes) .

(Traduit du portugais par Virginie de Romanet)