Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Dernières nouvelles février 2014 *

UKRAINE

Maidan : de l'autodéfense à la démocratie

Cf. aussi : [Ukraine]

Vitalyï Doudine*

Le cauchemar de l’Ukraine est maintenant terminé. En faisant assassiner des centaines de personnes Victor Ianoukovytch a commis un suicide. Mais — et c’est le plus important — nous avons élaboré l’instrument le plus précieux de la transformation : la solidarité et l’entraide mutuelle. Nous ne devons pas abandonner l’expérience de l’auto-organisation.

Hommage aux victimes de Kiev. © Ivo Kruusamägi

Hommage aux victimes de Kiev. © Ivo Kruusamägi

Lorsque Ioulia Timochenko a été libérée, le peuple a déjà affirmé avec force qu’il n’avait pas besoin d’une « main forte ». Si des oligarques, dont la seule différence avec ceux qui ont fui est d’avoir fait assassiner un peu moins de gens, tiraient les fruits de la mobilisation populaire, ce serait immoral. Et ce serait folie de confier la défense de la démocratie aux forces de l’extrême droite, pour lesquelles la liberté signifie la dictature contre ceux qui pensent autrement ou qui sont étrangers.

Synthèse

Pour que la victoire populaire puisse se développer il faut s’orienter vers le socialisme véritable et la démocratie directe. Il ne faut pas avoir peur du socialisme, de même qu’il ne faut pas craindre l’auto-organisation. Les oligarques ont déjà depuis longtemps leur confort — à nos frais.

Le temps n’est-il pas maintenant venu pour que les gens simples vivent aux frais des parasites ? Lorsque, fin novembre 2013, les militants de gauche ont lancé l’appel à l’auto-organisation, ils ne pouvaient imaginer à quel point le peuple prendrait rapidement ses responsabilités pour balayer la classe politique honnie.

Les politiciens voudraient imposer des organes dirigeants rénovés, mais en puisant dans la même classe politique. Même s’ils parviennent à se mettre d’accord sur la composition du gouvernement, cela ne va nullement améliorer notre vie.

Nous ne sommes pas capables d’influencer ces nominations, mais nous pouvons limiter leurs pouvoirs en construisant un réseau qui empêchera l’usurpation du pouvoir. Chaque citoyen paye les impôts et donc devrait être impliqué dans la mise en œuvre du gouvernement ; tous ceux qui produisent la richesse sociale devraient participer à la gestion de l’entreprise.

Afin de vraiment démocratiser la société il faut réaliser les mesures suivantes :

1. Transférer la propriété des entreprises des mains de « la famille » et la mettre sous le contrôle des collectifs de travailleurs, qui la protégeront des vols, auront accès aux informations économiques et financières et choisiront les directeurs.

2. Auto-organiser les quartiers et les régions par la création des assemblées du peuple, afin d’assurer la légalité, de contrôler la terre et les ressources naturelles, de créer les centres de lutte contre la corruption, de garantir le bien-vivre.

3. Soumettre les nominations des dirigeants à l’approbation des conseils civiques auprès des ministères.

4. Obliger tous les établissements et toutes les entreprises publics à rendre des compte en continu sur le web. Chaque école et chaque ministère doivent être transparents ! Les avancées technologiques doivent être au service du peuple.

5. Relancer l’Institut d’observation du respect des droits de l’Homme — par l’élection des représentants des associations civiques, qui doivent avoir le droit d’accès partout dans le Ministère des Affaires Intérieures et le droit de suspendre tout responsable de secteur dans ce ministère — et garantir l’exterritorialité des universités.

6. Assurer l’arrestation des responsables régionaux là, où la force a été employée contre les manifestants.

7. Lancer le processus de formation des conseils de travailleurs – organes élus dans les entreprises, qui auront l’accès à toutes les informations commerciales, le droit de les divulguer, celui de distribuer les bénéfices de manière à satisfaire les besoins publics, d’élire les directions et de fixer le niveau des salaires.

De la part du Conseil suprême de l’Ukraine [le Parlement] il faut exiger :

1. La suppression du poste du président et de celui de « président par intérim ». Même dans la Constitution de 2004 trop de choses dépendent de la volonté d’un seul. Le poste « par intérim » n’est même pas prévu par la Constitution !

2. Réduire à 1 % des suffrages la barrière d’éligibilité des candidats aux élections : si les bureaurates parlementaires n’ont pas peur de la concurrence, qu’ils le montrent ! Les élus doivent pouvoir être révoqués. Les prochaines élections doivent avoir lieu après la « lustration (1) des millionnaires » : ceux qui ont plus d’un million de dollars et les managers qui sont à leur service n’ont pas le droit de participer aux élections.

3. Assurer l’éligibilité des juges des Tribunaux et des chefs de la police locale. ■

* Vitalyï Doudine est militant de l'organisation ukrainienne Opposition de gauche. Nous reproduisons ce texte du site web Otkrytaya Levaya (Gauche ouverte) : http://openleft.ru (Traduit du russe par JM).

Notes

1. La « lustration » est un processus employé dans les années 1989 – 1991 pour empêcher des anciens responsables des services secrets et de polices des régimes « comunistes » déchus de continuer à avoir des fonctions dans l'administration.

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta