Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Document

N° 510 octobre 2005 *

VENEZUELA

Tout le pouvoir aux travailleurs !

Cf. aussi : [Venezuela]

Extraits du bulletin de liaison des entreprises en cogestion Control Obrero (Contrôle Ouvrier) n° 1 de juin 2005.

A l’initiative du Front pour la défense de la cogestion au travail dans les entreprises de base, composé de travailleurs de ce secteur, de membres des communautés organisées, du réseau des centres de formation et d’individus engagés dans le processus impulsé par le Président Chávez, la Première rencontre régionale de cogestion et de développement endogène s’est déroulée à Ciudad Guayana (1) les 16, 17 et 18 juin 2005 au local du Syndicat de l’Électricité (Sintraelectric).

La réunion qui a rassemblé une assistance nombreuse a abordé les thèmes suivants :

* Impulser une Assemblée constituante cogestionnaire avec la participation des travailleurs et des communautés comme base pour l’élaboration du projet de loi.

* Promouvoir l’organisation de tous les secteurs populaires pour l’impulsion du développement endogène, de la cogestion du travail, sociale et militaire, dans le cadre du socialisme du XXIème siècle.

Cette rencontre s’est déroulée autour de quatre exposés centraux qui ont servi d’orientation théorique pour les groupes de travail. Ces exposés ont été réalisés par Rodulfo Pérez, gérant du développement social de CVG, qui est intervenu sur le « Socialisme du XXIème siècle » ; Oscar González, membre du MINEP, a évoqué la « Participation citoyenne » ; Stalin Borges, coordinateur national de l’UNT (2), a parlé de « Cogestion et Révolution » ; et le Président de CVG Alcasa, Carlos Lanz, a présenté un exposé sur « Cogestion et Développement endogène ». De plus, les travailleurs et les communautés ont eu l’occasion de s’exprimer sur leurs expériences : Centrale sucrière Pío Tamayo, Enelbar, Inveval, Carbonor-Ca, Venalum, ALUCASA, Alcasa (3) ; ainsi que la Coopérative Alumifenix ; Nude ; La Misión Caruachi. Même l’Église a participé avec l’intervention du père Matías Camuñas de la paroisse San Buena Ventura de El Roble.

Décisions de la Rencontre Cogestion et développement endogène

Les accords consensuels de la Rencontre régionale sur le développement endogène et la cogestion dans le cadre du socialisme du XXIe siècle ont été les suivants :

1. Former un Front national pour la défense de la cogestion révolutionnaire et du développement endogène socialiste, avec une expression organisationnelle locale et étatique. Créer dans ce sens une Commission nationale promotrice.

2. Faire des conclusions de cette rencontre un document pour impulser la constituante cogestionnaire et le faire diffuser par tous les moyens à notre portée, de telle sorte que nous puissions orienter la promulgation de la Loi de Cogestion vers la reconnaissance des faits et précédents de lutte pour le contrôle ouvrier, tels qu’ils se développent dans tout le pays et qui ont été revendiqués par le courant de classe de cette rencontre.

3. Caractériser la cogestion que nous promouvons comme une cogestion qui affectera les relations capitalistes de production et s’orientera vers le contrôle ouvrier, le pouvoir d’assemblées de citoyens et citoyennes, et vers la construction d’un État Socialiste sous le principe de démocratie directe.

4. La cogestion que promeuvent les participants et participantes à cette rencontre se conçoit comme une Cogestion dans le travail, sociale et militaire, qui nous engage dans la lutte pour la souveraineté agro-alimentaire, cognitive, militaire, technologique, politique et territoriale.

5. Inclure dans les propositions de cogestion révolutionnaire que les entreprises appartiennent à l’État, sans répartition d’actions, et que les excédents soient distribués en fonction des besoins de la société, par l’intermédiaire des conseils de planification socialiste ; entendu par conseils de planification socialiste, des instances qui concrétisent les décisions que prennent les citoyens et citoyennes en assemblées.

6. Impulser d’autres rencontres régionales comme celle-ci, en vue d’une Rencontre nationale sur la Cogestion révolutionnaire et le Développement endogène socialiste. La plénière a donné un vote de confiance pour que le Comité organisateur de la Rencontre régionale, qui a lieu à Guayana, impulse la formation d’un Comité organisateur pour la Rencontre Nationale, qui se tiendra à Carabobo (4) cette même année.

7. Revendiquer, promouvoir et systématiser la formation socio-politique et la construction de l’idéologie socialiste pour approfondir la Révolution Bolivarienne à travers la création de centres locaux, régionaux et étatiques, en vue de constituer un Réseau national de formation socio-politique révolutionnaire.

8. Exprimer au nom de chaque collectif et organisation présent dans cette rencontre notre solidarité avec les camarades travailleurs de Cantv, Inveval, Centrale Sucrière Pío Tamayo et du secteur électrique (5).

9. Nous solidariser avec les camarades de la Mission Vuelvan Caras (6) dans La Misión Caruachi dans leurs justes exigences de soutien gouvernemental pour réaliser le développement endogène.

10. Faire usage de moyens communautaires libres et alternatifs pour promouvoir la cogestion révolutionnaire et le développement endogène socialiste.

11. Dans cette rencontre, le courant des travailleurs révolutionnaires et les communautés organisées se solidarisent et font leurs les révolutions et luttes des peuples de notre Amérique et du monde.

12. Promouvoir la révolution culturelle, contenue dans la lutte de classes, en tant que processus permanent de construction contre-hégémonique (éducative, idéologique et religieuse) face aux valeurs du capitalisme.

13. Reconnaître les exclus, exploités et opprimés comme des alliés de classe dans la lutte pour la construction du socialisme du XXIe siècle.

1. Grande ville industrielle sur l’Orénoque, au sud-est du pays.
2. Nouvelle centrale syndicale indépendante, aujourd’hui majoritaire.
3. Entreprises de diverses régions qui connaissent un processus de « cogestion ».
4. État dont la principale ville est Valencia, à l’ouest de Caracas ;
5. Entreprises où des processus de cogestion ont été plus ou moins remis en cause.
6. Mission de formation professionnelle liée à la création des coopératives.

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta