Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Dernières nouvelles février 2015 *

GRÈCE

Vive le peuple grec qui a rejeté l’austérité

Autres articles Inprecor sur : Grece

CADTM*

"Dans l'union et à gauche, nous transformons l'impossible en possible."

"Dans l'union et à gauche, nous transformons l'impossible en possible."

Le 2 février 2015

Le CADTM se réjouit du vote du peuple grec et des premières décisions prises par le gouvernement grec issu des urnes. Porté par un soutien populaire très important, le gouvernement de coalition dirigé par Syriza, mis en place le 27 janvier 2015, a pris une série de mesures concrètes fort importantes pour commencer à améliorer les conditions de vie de la partie de la population grecque la plus affectée depuis 2010 par la politique de la Troïka et des autorités grecques. Le ministre Georges Katrougalos a annoncé la réembauche de 3.500 fonctionnaires, dont les 595 femmes de ménage du ministère des Finances en lutte depuis 2013 contre leur licenciement. Le ministre P. Lafazanis a annoncé que le salaire minimum légal qui avait été fortement réduit, passera bientôt de 580€ à 751€.

Synthèse et articles Inprecor

Le même ministre a annoncé l’arrêt de la privatisation de l’entreprise grecque d’électricité DEI et la fourniture gratuite de l’électricité à 300.000 ménages pauvres. Il a également annoncé la dissolution du TAIPED, l’organisme qui concentre et privatise le patrimoine étatique. Le ministre Théodore Dritsas a, quant à lui, décrété l’arrêt de la privatisation du port du Pirée (Athènes) et de celui de Thessalonique. Promis à une société chinoise, le port du Pirée est le plus important d’un pays dont l’économie est largement tournée vers la mer.

Une autre décision très attendue dans les milieux de gauche et dans la population d’origine étrangère a été annoncée par le gouvernement : l’octroi de la nationalité grecque à tous les enfants d’immigrés qui sont nés ou ont grandi en Grèce.

D’autres décisions positives devraient être annoncées et mises en pratique prochainement suivant ainsi le programme présenté par Syriza à Thessalonique en octobre 2014 (1). Le CADTM se réjouit en particulier que le gouvernement grec refuse de dialoguer avec la Troïka qu’il considère à juste titre comme illégitime. Cohérent avec cette décision, il a rejeté les nouveaux crédits que la Troïka veut lui octroyer afin d’approfondir le programme d’austérité et de privatisation. Le CADTM soutient la demande du gouvernement grec d’organiser une conférence européenne pour réduire radicalement le poids de la dette.

Le CADTM souligne qu’en 2015, les créanciers de la Grèce ont prévu de réclamer un remboursement monumental qui s’élève à près de 22 milliards d’euros. Pour le CADTM, les remboursements réclamés à la Grèce sont illégitimes, largement illégaux, odieux et insoutenables. Le CADTM soutient le droit de la Grèce à désobéir aux créanciers notamment en suspendant les remboursements.

Le CADTM n’a pas le moindre doute sur les intentions véritables des dirigeants européens et des anciens gouvernants grecs qui ont fait de la Grèce le laboratoire des pires politiques néolibérales. On doit s’attendre à une escalade de leur offensive car ils ne peuvent pas se permettre que SYRIZA réussisse et fasse des émules en Europe ! En effet, les dirigeants européens et les gouvernements en place dans le reste de l’Europe sont effrayés par la montée rapide du soutien populaire à PODEMOS en Espagne. Ils vont utiliser tous les moyens dont ils disposent car ils sont bien conscients que ce qui est en jeu est le succès ou l’échec de la guerre sociale qu’ils mènent contre l’écrasante majorité des populations de toute l’Europe !

Sans aucun doute, ils vont essayer d’asphyxier le gouvernement de gauche sorti des urnes parce que son éventuel succès sera interprété comme un formidable encouragement à la résistance des peuples d’Europe.

Le CADTM, qui s’est toujours trouvé aux cotés de la population grecque luttant contre les politiques d’austérité et les graves atteintes aux droits sociaux et démocratiques, fera de nouveau tout pour alerter la gauche et les mouvements sociaux en Europe et au-delà afin de les mobiliser dans un vaste mouvement de solidarité avec la population grecque qui résiste et lutte pour se libérer du fardeau d’une dette qui non seulement n’est pas la sienne, mais qui est aussi manifestement largement illégitime, illégale ou odieuse. Le CADTM propose au gouvernement grec la constitution d’une commission (à participation citoyenne) d’audit de la dette grecque, chargée d’identifier la part illégale et/ou illégitime ou odieuse de cette dette qu’il ne faudrait pas rembourser. Cette initiative renforcerait la position de la Grèce face à ses créanciers et ferait des émules. Il mettrait à l’ordre du jour l’annulation de la dette illégitime et/ou illégale de tous les pays de la périphérie européenne… Le CADTM est convaincu que la mobilisation du peuple grec et des autres peuples soumis aux diktats des créanciers est la condition sine qua non pour mettre en œuvre une politique émancipatrice.

Être solidaire de la population grecque ainsi que de la gauche grecque qui résistent et luttent pour libérer le pays et ses citoyens de l’emprise des créanciers et de la dictature des marchés, est aujourd’hui le devoir internationaliste élémentaire non seulement des militants mais aussi de tout citoyen européen qui refuse cette Europe de l’austérité qui génère misère, racisme et barbarie. ■

* Le Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) a été fondé en Belgique en 1990. C’est un réseau international existant en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie, voir son sIte web : http://cadtm.org/

Notes

1. Voir sur le site du CADTM : http://cadtm.org/Resume-des-propositions-de-Syriza

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta