logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
 

17 articles trouvés.

1 . INPRECOR N° 631/632 SEPTEMBRE-NOVEMBRE 2016

SOMMAIRE

septembre-novembre 2016 n°631-632

(68 pages, 455 000 caractères, 9,00 €)

2 . ALLEMAGNE

Succès de l’extrême droite en Mecklembourg-Poméranie occidentale et à Berlin

Manuel Kellner * septembre-novembre 2016 n°631-632

Les deux élections régionales – 4 septembre en Mecklenburg-Vorpommern et 18 septembre dans le Land de Berlin – ont été marquées par le succès électoral de l’Alternative für Deutschland (AfD, Alternative pour l’Allemagne). L’AfD siège maintenant dans les assemblées de dix des seize Länder. Ces élections mettent également à jour l’érosion très marquée des partis de gouvernement, la CDU et SPD. Pour Die Linke, le bilan est nuancé : une défaite électorale flagrante à Mecklenburg-Vorpommern, mais un résultat plus réconfortant à Berlin.

3 . POLOGNE

Une victoire des femmes

septembre-novembre 2016 n°631-632

Dans 87 villes polonaises, 100 000 femmes (et quelques hommes) ont protesté contre l’aggravation de la loi limitant le droit à l’avortement, le 3 octobre 2016.

photo

4 . ITALIE

Un front unitaire pour l’automne du NON

Franco Turigliatto* septembre-novembre 2016 n°631-632

Avant le référendum du 4 décembre, les divers protagonistes de l’affrontement politique et social de l’automne prennent place.

5 . PORTO RICO

Porto Rico, colonie des États-Unis

Pavel D. septembre-novembre 2016 n°631-632

photo

6 . PORTO RICO

Le combat contre l’austérité du nouveau Parti des travailleurs

Rafael Bernabe* septembre-novembre 2016 n°631-632

Le Partido del Pueblo Trabajor – le Parti du peuple travailleur (PPT) – est un projet politique de la gauche portoricaine qui s’adresse aux travailleurs de l’île dans un contexte de crise économique profonde.

7 . MAROC

La réalité des élections et la voie pour satisfaire les aspirations des travailleurs et des masses populaires

Al-Mounadhil-a* septembre-novembre 2016 n°631-632

Au moment où les pouvoirs effectifs sont concentrés entre les mains de la Royauté, en concordance avec ceux qui imposent les politiques néolibérales (Banque mondiale, FMI, Union européenne), des élections auront lieu à nouveau le 7 octobre 2016 pour former un « parlement ». C’est une occasion de faire participer de façon très marginale des partis bourgeois corrompus et en même temps un masque pour dissimuler le despotisme instauré au Maroc depuis l'indépendance formelle.

8 . TUNISIE

Les gauches politiques

Dominique Lerouge* septembre-novembre 2016 n°631-632

Contrairement à l’Égypte, en Tunisie les forces de gauche ont eu la capacité de maintenir une continuité pendant des dizaines d’années, même dans la clandestinité. La principale raison en est l’existence depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale d’un mouvement syndical puissant. Celui-ci a joué un rôle décisif dans les luttes pour l’indépendance et a permis aux forces de gauche de se protéger partiellement des effets de la répression. Certains de ses débats ressemblent à ceux d’autres pays, à commencer par ce qui concerne ses relations avec les pouvoirs en place.

photo

9 . UNION EUROPÉENNE

La crise de l’Union européenne et la gauche

Angela Klein* septembre-novembre 2016 n°631-632

En l’espace d’une seule année, deux peuples d’Europe, l’un au sud, l’autre au nord, ont voté contre l’Union européenne (UE) et sa politique – avec des motivations différentes et un cap opposé. Alors que l’Oxi grec du 5 juillet 2015 était dirigé contre les diktats austéritaires de la troïka et la relégation du pays au statut de semi-colonie, le « Brexit » a été marqué avant tout par la peur de « l’invasion étrangère » et par le souhait de verrouiller la liberté de circulation des personnes à l’intérieur de l’UE, tout en exprimant du même mouvement le désir de régler leur compte aux élites politiques dominantes. Le Non grec avait été piloté par la gauche, le Non britannique a été piraté par la droite.

10 . COLOMBIE

Les raisons du résultat négatif du référendum sur l’approbation des accords de paix entre le gouvernement et les FARC

Daniel Libreros* septembre-novembre 2016 n°631-632

Dimanche 2 octobre, le Non a été majoritaire lors du référendum sur l’approbation des accords de paix entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP) par 6 419 759 suffrages exprimés (50,23 %), contre 6 359 643 (49,76 %) au Oui. Seulement 12 779 042 électrices et électeurs sur 34 899 945 inscrits ont participé à ce vote, soit 37 %. 63 % se sont abstenus. Quelles sont les raisons de ce résultat négatif ?

photo

11 . COLOMBIE

Le peuple en marche tisse une paix digne

Déclaration de la Marche de la Paix* septembre-novembre 2016 n°631-632

12 . COLOMBIE

Le département du Vichada offert au roi du soja ?

Camilo González Posso* septembre-novembre 2016 n°631-632

Gustavo Grobocopatel, dirigeant de la multinationale argentine Los Grobo, appelé « le roi du soja », s’est rendu à plusieurs reprises à La Havane et a rencontré aussi bien les élites colombiennes, le président Santos ainsi que la délégation des FARC.

photo

13 . COLOMBIE

Contexte et enjeux des négociations de paix

Sébastien Brulez* septembre-novembre 2016 n°631-632

Le lundi 26 septembre, le gouvernement colombien et la guérilla des FARC ont signé un accord de paix historique censé mettre fin à plus de 50 années de conflit. Cet accord devait être ratifié le 2 octobre par référendum mais il a été rejeté à une courte majorité. Nous retraçons ci-dessous, dans les grandes lignes, les différentes étapes du conflit armé qui déchire le pays (1) depuis la seconde moitié du XXe siècle.

photo

14 . UNION EUROPÉENNE

Pas de « Lef exit » sans « Une autre Europe possible »

Catherine Samary * septembre-novembre 2016 n°631-632

Depuis le traumatisme grec, la gauche radicale européenne débat de « plans B », sans aucun consensus stratégique. Le référendum du Royaume-Uni en est l’amère illustration.

15 . FRANCE

Mobilisations contre la loi travail

Patrick Le Moal * septembre-novembre 2016 n°631-632

Formes inédites et problèmes politiques d’une mobilisation de longue durée

photo

16 . DÉBAT

Le revenu de base ou l’ombre de l’émancipation

Jean-Claude Laumonier* septembre-novembre 2016 n°631-632

Au cours des Nuits debout, qui ont accompagné la longue mobilisation du printemps 2016 contre la loi travail, l’instauration d’un « revenu de base », universel et inconditionnel a été l’objet de débats nombreux et vifs, entre militants, libertaires, anticapitalistes, « décroissants », membres du « réseau salariat » (1).

photo

17 . CRISES

Le cours actuel du capitalisme et les perspectives de la société humaine civilisée

François Chesnais* septembre-novembre 2016 n°631-632

Nous atteignons un point crucial dans l’histoire du monde, celui où le capitalisme atteint ses limites absolues.

photo