logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
 

11 articles trouvés.

1 . 17/01/2013 ALGÉRIE / MALI

Halte à l’intervention militaire Française au Mali ! Non à la coopération algérienne à cette intervention !

PST, Algérie février 2013 n°591

Déclaration du Parti socialiste des travailleurs (PST, Algérie) *

2 . MALI

Appel des Femmes du Mali : Disons « NON ! » à la guerre par procuration *

février 2013 n°591

Alors que les deux mâchoires du piège malien — celle de l’intervention belliciste occidentale relayée par les pays de l’Afrique de l’Ouest et celle de l’islamisme réactionnaire au Nord — ne sont pas encore refermées, une voix indépendante, celle de femmes maliennes, tente de faire entendre son refus de cette guerre par procuration. Nous publions ci-dessous leur appel, qui date du 20 novembre 2012.

photo

3 . MALI

Une intervention néocoloniale sous leadership français

Jean Nanga * février 2013 n°591

Analyse de l'intervention militaire française au Mali : rébellion des Touaregs, les narco-salafistes, les investissements militaires français et étatsuniens, les rivalités inter-impérialistes, les intérêts capitalistes français.

photo

4 . SLOVÉNIE

La révolte gagne le pays

Lucien Perpette * février 2013 n°591

Pays de 2 millions d’habitants, jadis fleuron industriel de l’économie yougoslave, première République à se séparer de la Yougoslavie et à présent membre de l’Union Européenne et de la zone euro, la Slovénie connaît une grave crise sociale et politique qui pourrait très certainement modifier le fonctionnement de ce petit État et avoir des répercussions importantes pour l’avenir des autres pays où le capitalisme a été restauré.

photo

5 . GRÈCE

Où va Syriza ?

Panos Petrou * février 2013 n°591

Syriza a tenu sa première conférence nationale de délégués élus du 30 novembre au 2 décembre 2012. C’était le premier pas d’un processus de plusieurs mois devant conduire à un congrès de fondation dont on espère qu’il décidera, au printemps 2013, de transformer Syriza en une formation politique plus unifiée. Les 25 % obtenus par la Plateforme de gauche sont un point de départ très positif afin d’ouvrir à l’intérieur de Syriza un débat sérieux sur le cours politique de la coalition.

photo

6 . GRÈCE

Un équilibre précaire et gros de dangers

Charles-André Udry * février 2013 n°591

La majorité sociale grecque paie un prix analogue à celui qui était la norme dans les années trente. Charles-André Udry faite le point sur l'instauration du travail « volontaire », la répression des squatters, l'utilisation du thème de la violence par le gouvernement, la fraude fiscale, la stratégie syndicale, les « grèves générales » et les initiatives à prendre par Syriza à la sortie de son congrès.

photo

7 . GRÈCE

« Ne plus faire de sacrifices au nom de l’euro »

Entretien avec Yannis Bournous * février 2013 n°591

8 . GRÈCE

Débattre de l’avenir

Contribution de APO, DEA et Kokkino * février 2013 n°591

Texte de débat pour la Conférence de Syriza de fin 2012 par des membres de trois organisations de l’aile gauche de la coalition (DEA, Kokkino et APO).

9 . ÉTAT ESPAGNOL

Privatisation de la santé et résistances en Catalogne

Sergi Raventós * février 2013 n°591

La Catalogne est l’une des premières communautés autonomes à avoir mis en œuvre des politiques d’austérité en matière de santé : fermetures d'hôpitaux, de salles d’opération, de services d’urgence, de soins nocturnes, de certains centres de santé, paiement d’un euro par prescription et privatisation de certains services de santé, parmi bien d’autres agressions.

photo

10 . ÉTAT ESPAGNOL / SANTÉ

Les politiques d’austérité incompatibles avec la santé

Carmen San José Pérez * février 2013 n°591

Le décret royal sur les « Mesures urgentes de sauvegarde du Système national de santé (SNS) et d’amélioration de la qualité et des prestations » obéit aux directives imposées par la troïka (FMI, BCE et Commission européenne) et à l'idéologie du Parti populaire (PP).

photo

11 . ÉTATS-UNIS

Réforme ou destruction de l’assurance santé ?

Milton Fisk * février 2013 n°591

La Cour suprême des États-Unis a fini par accepter l'Affordable Care Act (ACA), la loi votée à l’initiative d'Obama en mars 2010 qui permet de garantir une couverture santé à 32 millions d'Américains qui en sont dépourvus. Celle-ci reste néanmoins insuffisante car elle n'inclut pas, notamment, de régime public universel ni même d'assurance publique, et laisse 23 millions de personnes sans aucune couverture maladie.

photo