Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

N° 633-634 novembre-décembre 2016

ÉTATS-UNIS

Richmond (Californie) : Faire la politique autrement

Cf. aussi : [Etats-Unis]

Steve Early

Depuis 2004, l’Alliance progressiste de Richmond (RPA),fondée à l’initiative des militants du Parti Vert, dans une ville industrielle de 100 000 habitants dans la Baie de San Francisco en Californie, a présenté 16 candidatures locales de « sans parti ». Dix de ses candidats, pour les postes de maire et de conseillers municipaux, ont remporté l’élection.

Gayle McLaughlin, la maire de Richmond (Californie) entre 2007 et 20015. © The Laura Flanders Show

Gayle McLaughlin, la maire de Richmond (Californie) entre 2007 et 20015. © The Laura Flanders Show

Cette année, le 8 novembre, les porte-drapeaux de la RPA, Melvin Willis et Ben Choi, se sont classés premier et second dans la course de neuf candidatures pour les deux sièges du conseil municipal de Richmond. En janvier, ce conseil de sept membres disposera d’une super-majorité progressiste sans précédent, avec nos cinq élus.

La campagne Team Richmond 2016, coordonnée par la RPA, a largement gagné sur le contrôle des loyers. La réglementation des loyers a été un objectif à long terme des militants du droit au logement ; dans plusieurs autres collectivités de la région de la Baie, elle figurait également sur le bulletin de vote du 8 novembre, mais ailleurs les campagnes financées par le lobby des propriétaires et le secteur du bâtiment ont défait cette réforme. Si les progressistes ont réussi à Richmond en tant que force électorale, c’est parce qu’ils ont construit une organisation politique active toute l’année et pas seulement avant les élections.

La RPA a des membres qui payent une cotisation, un programme général et une direction élue qui comprend à la fois des militants indépendants et des représentants des organisations ouvrières et communautaires alliées. Au lieu de se marquer elle-même comme une branche du Parti Vert, la RPA a accueilli les progressistes indépendants, les Démocrates de gauche et les socialistes aux côtés d’électeurs inscrits comme Verts ou des membres du Parti californien pour la paix et la liberté, une relique des années 1960.

Lorsque les dirigeants de l’Alliance, comme Mme Gayle McLaughlin ont engagé la politique électorale il y a 12 ans, ils se sont distingués en refusant d’accepter des dons d’entreprises tout en se félicitant du soutien des syndicats progressistes.

Le RPA n’a cessé d’élargir sa base en recrutant des volontaires, en faisant du porte-à-porte et en choisissant des thèmes électoraux ciblés. Le groupe a développé une campagne pour le contrôle des dépenses électorales et un sérieux réseau de petits donateurs qui ont aidé ses candidats à être qualifiés depuis que la ville a adopté la réforme clé du financement des campagnes électorales. Au cours de ses deux mandats en tant que maire (de 2006 à 2014) McLaughlin a favorisé une synergie continue entre les militants dirigeant la mairie et les organisations de base.

Lorsqu’elle a été réélue il y a six ans, il y avait encore à Richmond moins de 500 électrices et électeurs inscrits en tant que Verts et près de 70 % étaient des Démocrates. Néanmoins, McLaughlin a été capable de l’emporter deux fois sur des Démocrates liés aux grandes entreprises, qui eux étaient largement financés par l’organisation du patronat local, les syndicats de la police et des pompiers, Chevron et d’autres entrepreneurs. (…) Alors que partout ailleurs les Verts – et les socialistes anti-Sanders alliés avec eux – se sont opposés à Bernie car il était le candidat des primaires Démocrates, les militants de l’Alliance ont plongé dans sa campagne primaire en Californie. Rompant avec l’orthodoxie verte, McLaughlin a voté pour Sanders en juin et a exhorté ses supporteurs à Richmond de faire de même. Cet automne la connexion avec Sanders a encore été récompensée. L’organisation post-campagne de Bernie, Our Revolution (Notre révolution), a soutenu Willis et Choi (à côté de 100 autres candidatures à travers le pays), recueillant 5 000 dollars pour la campagne de chacun, grâce à un simple courriel à des donateurs pour la campagne de Sanders. (…) Si les Verts veulent vraiment aller au-delà des campagnes de “vote de protestation” et réellement gagner plus d’élections pour aider à construire des mouvements progressistes localement et nationalement, ils devraient prendre en considération le chemin pris par leur opposition de Richmond il y a plus de dix ans. »

(Steve Early, « Should Greens Go Local », Beyond Chron du 10 novembre 2016,

http://www.beyondchron.org/greens-go-local/)

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta