logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
Europe Amériques Afrique Moyen-Orient Asie Planète Economie Femmes IVe
 

11 articles trouvés.

1 . PANDÉMIE

Convergence des crises, dominée par la pandémie covid-19

Déclaration du Bureau exécutif de la Quatrième novembre-décembre 2020 n°679-680

L’année 2020 a jusqu’à présent vu la convergence de crises majeures, la plus marquante étant la pandémie de Covid-19 qui, après avoir semblé atteindre un pic au deuxième trimestre, atteint à nouveau des niveaux d’infection sans précédent.

photo

2 . POLOGNE

La révolution des femmes polonaises après l’attaque contre les droits reproductifs

J.D. et Z.R.* novembre-décembre 2020 n°679-680

La Cour suprême a déclaré inconstitutionnel l’avortement pour raison de malformation du fœtus. Ce, alors que la loi en vigueur sur l’IVG est déjà l’une des plus restrictives d’Europe. Depuis ce sont des manifestations quotidiennes des femmes. Le mouvement s’étend à d’autres revendications et réclame notamment la démission du gouvernement. La colère entraîne dans son sillage l’ensemble des secteurs de la société hostiles au modèle conservateur promu par le PiS.

photo

3 . POLOGNE

Les femmes et les jeunes ont commencé une révolution culturelle en Pologne

Déclaration du Bureau exécutif de la IVe Internationale novembre-décembre 2020 n°679-680

En majorité les femmes polonaises ont pris conscience qu’elles doivent lutter elles-mêmes pour leur dignité, pour un autre monde. C’est une révolution culturelle qui a commencé.

4 . SITUATION INTERNATIONALE

La défaite de Trump brise l’élan de la droite autoritaire internationalement

Déclaration du Bureau exécutif de la Quatrième Internationale novembre-décembre 2020 n°679-680

La défaite de Trump représente un affaiblissement des forces les plus réactionnaires et autoritaires de la planète.

photo

5 . INPRECOR N° 679/680 DE NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2020

SOMMAIRE

novembre-décembre 2020 n°679-680

52 pages, 328 000 caractères, 7,50 €

6 . PAKISTAN

Gilgit Baltistan : Baba Jan et ses camarades enfin libres !

Pierre Rousset* novembre-décembre 2020 n°679-680

Neuf ans après avoir été emprisonnés, Baba Jan et ses trois derniers camarades incarcérés ont été libérés. Neuf années durant lesquelles nous avons plus d’une fois craint pour sa vie, neuf années ponctuées de batailles judiciaires et de vastes mobilisations au Pakistan, ainsi que de multiples campagnes de solidarités internationales. Onze autres de ses codétenus étant précédemment sortis de prison, tous les condamnés de la vallée de la Hunza, au Gilgit Baltistan, un territoire himalayen semi-autonome sous contrôle pakistanais, sont maintenant libres.

photo

7 . POLOGNE

Les jeunes ont rompu le Grand Compromis avec l’Église

Agnieszka Graff* novembre-décembre 2020 n°679-680

En Pologne, quelque chose s’est brisé, quelque chose a débordé. C’est la fin d’un certain compromis en Pologne. Il ne s’agit pas d’un « compromis sur l’avortement », car il n’y en a jamais eu, mais d’un compromis systémique beaucoup plus large : le Grand Compromis entre l’État et l’Église sur lequel étaient fondés l’ordre de la IIIe République polonaise et l’identité de la Pologne après 1989.

photo

8 . TURQUIE ET GRÈCE

Une fois encore au bord du gouffre guerrier

Tassos Anastassiadis* novembre-décembre 2020 n°679-680

La Grèce et la Turquie se trouvent, à nouveau, au bord d’une guerre. Au-delà des aspects conjoncturels, la raison de fond est l’antagonisme pour les ressources d’accumulation de capital. En temps de crise cet antagonisme s’intensifie encore davantage. En particulier depuis que les fonds de la Méditerranée orientale (années 2000) se sont transformés en ressources potentiellement exploitables.

photo

9 . AFRIQUE

Les indépendances néocoloniales de 1960 : Soixante ans après

Jean Nanga* novembre-décembre 2020 n°679-680

photo

10 . GRÈCE

Des voies étroites pour le nouveau prolétariat grec

Tassos Anastassiadis* novembre-décembre 2020 n°679-680

Le procès des dirigeants et cadres de Chryssi Avgi (Aube dorée) qui a duré cinq ans et demi, porté par une constante mobilisation du mouvement antifasciste, a débouché sur la caractérisation judiciaire du groupe comme « organisation criminelle » et sur la condamnation à des peines de prison allant jusqu’à 13 ans et 8 mois pour ce ramassis d’assassins fanatiques du nazisme. C’est évidemment une victoire éclatante contre le racisme et le fascisme, avec près de 30.000 manifestants devant le tribunal le jour du verdict (7 octobre 2020), qui devrait donner des idées dans d’autres pays.

photo

11 . ÉTAT ESPAGNOL

Quelques leçons de l’expérience de Podemos

Brais Fernández et Miguel Urbán Crespo* novembre-décembre 2020 n°679-680

Faire le bilan de l’expérience de Podemos est une tâche facile et difficile à la fois. D’un côté, si nous nous en tenons au résultat, le bilan est sans aucun doute dévastateur. Podemos n’a pas été capable de remplir les objectifs pour lesquels il est né, et s’est converti, en termes gramsciens, en un projet « transformiste ». Cependant sa naissance a signifié l’ouverture d’un cycle politique inédit en Espagne. Pour la première fois depuis des décennies, une force politique anti-néolibérale se donnait pour objectif la conquête du pouvoir politique.

photo