Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Politique

N° 539-540 juin-août 2008

GRANDE-BRETAGNE

Greg Tucker (1953-2008) militant révolutionnaire exemplaire

Cf. aussi : [Grande-Bretagne]

Jan Malewski

Notre camarade Greg Tucker nous a quitté le dimanche 6 avril 2008, victime d’un cancer de gorge. Il avait 54 ans.

Greg Tucker
Il a commencé son activité politique dans le mouvement des squatters dans le quartier Jericho d’Oxford en 1971, puis à Birmingham et à Londres, où il construit l’union des locataires dans la banlieue de Tower Hamlets et devint actif dans l’union locale des syndicats. En 1979 il rejoint la section britannique de la IVe Internationale, une activité qu’il poursuivra jusqu’à sa mort, devenant membre de la direction nationale de l’International Socialist Group (ISG) et du Comité international de la IVe Internationale. Avec l’ISG il a été actif dans toutes les tentatives de regroupement de la gauche radicale britannique, construisant l’opposition de gauche au sein du Parti travailliste britannique (il a été exclu du Parti pour son opposition à la première guerre en Irak), puis l’Alliance socialiste, dont il a été candidat à la députation en 2001 dans la circonscription de Streatham, y recueillant 2,5 % des suffrages, et finalement La Coalition unitaire Respect — depuis 1945 la première organisation à gauche du Labour Party qui parvint à faire élire, en 2005, un député au Parlement britannique.

Internationaliste conséquent et bien que surchargé par les nombreuses tâches politiques et syndicales, Greg a joué un rôle crucial dans le développement du journal en ligne International Viewpoint, lorsque les frais postaux croissants de la presse nous ont forcé à arrêter la publication du mensuel en langue anglaise correspondant à Inprecor. Il participa a la construction d’une équipe collective qui prit en charge ce travail et fut son principal webmaster jusqu’en mars 2008. Lors d’une réunion rédactionnelle à laquelle il avait tenu à participer, une semaine avant sa mort, sa principale préoccupation fut d’aider à trouver quelqu’un capable de reprendre le rôle qu’il avait joué durant plusieurs années.

Greg était aussi un dirigeant syndicaliste qui a joué un rôle crucial dans l’émergence du RMT (Rail, Maritime & Transport Workers Trade Union — Syndicat des travailleurs du rail, de la mer et du transport) en tant que syndicat combatif et démocratique, suite à la fusion NUR-NUS (cheminots et matelots) en 1990. Greg a rejoint les chemins de fer en 1980 en tant qu’employé à la gare de Vauxhall. Il devint ensuite contrôleur du triage à Clapham, puis au dépôt à la gare de Waterloo. A la suite d’un accord signé entre British Railways et les syndicats en 1988, Greg a fait parti de la première tranche des chefs de train formés pour devenir conducteurs.

En 1992 Greg a été élu secrétaire de la Conférence nationale des personnels de triage et des équipes roulantes du RMT, tâche qu’il accomplit jusqu’à ce que la maladie l’en empêche. La 19ème Conférence nationale de cette important structure du RMT, réunie à York les 1-3 avril 2008, a adopté la résolution suivante : « Cette conférence exprime sa gratitude à Greg Tucker pour son long service en tant que secrétaire permanent de la Conférence des personnels du triage et des équipes roulantes. Greg est un avocat inlassable pour les syndicats que nous représentons, un militant éprouvé de notre classe et un bon ami pour nous tous. Cette conférence adresse ses remerciements les plus sincères et profonds pour sa contribution et son engagement en faveur de notre mouvement. Nous envoyons les meilleurs vœux à lui et à sa famille. Nous décidons de tenir une minute d’applaudissements en reconnaissance du rôle que Greg a joué dans notre syndicat. Et nous envoyons des fleurs à Greg et Joan, sa compagne. Vive Greg Tucker ! »

Actif dans la lutte contre la privatisation des chemins de fer britanniques, Greg n’a pas baissé les bras lorsque le gouvernement parvint à passer outre la résistance des cheminots. Il a aussi été à la tête du syndicat de la branche de la gare de Waterloo, de 1993 à 2008. Élu membre du Conseil exécutif du RMT pour le mandat 1997-1998, il organisa la grève contre la direction de la société South West Trains (SWT), qui voulait à l’instar des autres chemins de fer privatisés imposer la conduite de ses trains par un seul salarié. Lutte victorieuse — la SWT reste encore aujourd’hui l’unique service ferroviaire où un contrôleur continue à accompagner le conducteur des trains de voyageurs — que la direction de la SWT a eu du mal a encaisser. Profitant de son absence pour campagne électorale, elle licencia Greg en 2001. Mais il gagna le procès devant le Tribunal du travail et repris son poste glorieusement. le Tribunal a estimé que « le licenciement faisait partie d’une manœuvre concertée impliquant plusieurs membres influents de la direction » et a trouvé « incroyables et en partie dérisoires » les accusations de la direction du SWT.

En 1999 il a été le candidat de la gauche syndicale pour le poste de secrétaire général du RMT et, même s’il ne l’emporta pas, ce fut le signe du renforcement de la gauche au sein de ce syndicat démocratique et combatif à un moment où le mouvement syndical britannique n’était pas au mieux de sa forme. S’adressant une dernière fois à ses camarades syndiqués, alors qu’atteint par la maladie il n’était plus candidat pour les tâches qu’il avait accompli durant plus de quinze ans, Greg leur écrivait en mars 2008 : « Je suis fier du rôle que j’ai joué dans l’édification de ce qui est la meilleure part du syndicalisme progressiste, combatif et démocratique dans ce pays. »

Synthèse sur la Grande-Bretagne

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta