Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

Document

N° 530-531 août-octobre 2007

MAROC

Communiqué du journal de gauche Al Mounadil-a (Militant-e)

Cf. aussi : [Maroc]

Nous n’attendons aucun changement des élections du 7 septembre 2007 au Maroc. Les changements passeront par les luttes populaires des opprimés et des exploités.

Médias et meetings relaient les discours dominants autour de ces élections qui déboucheront sur un nouveau parlement et un nouveau gouvernement supposés résoudre tous les problèmes du Maroc et des Marocains. Ils nous avancent que tous les programmes des multiples partis qui se présentent promettent des milliers d’emplois, un taux de croissance élevé, qu’ils élimineront toute marginalisation et exclusion dans les campagnes et émanciperont les femmes. Ces discours trompeurs, nous les entendons depuis plus de 30 ans, depuis les élections de 1977.

Or depuis, nous ne constatons que le renforcement d’une politique d’austérité, qui a hypothéqué l’avenir du Maroc à coup de politiques d’endettement et d’ajustements structurels imposées par les grands organismes financiers internationaux. Ces politiques n’ont profité qu’aux grands capitalistes, aux grands rapaces corrompus qui ont dilapidé et détourné les fonds publics au détriment d’une population de plus en plus appauvrie et chaque jour en plus grand nombre. Les conséquences de ces politiques ont entraîné un démantèlement des services publics : santé, éducation... Et les privatisations n’ont produit que plus de chômage, de surexploitation, de précarité et de pauvreté.

Parallèlement les libertés publiques sont toujours étouffées. Les nombreuses répressions qui avaient écrasé tous les soulèvements populaires dans les différentes villes et villages se poursuivent encore aujourd'hui et les sinistres mouroirs tel Tazmamart continuent de hanter tous ceux qui s’élèvent contre ces politiques.

A chaque nouvelle campagne électorale, ils nous miroitent à coup de miraculeux slogans l’amélioration de nos conditions de vie qui ne cessent de se dégrader depuis. Au bilan des 30 années de cette démocratie parlementaire, le Maroc aura détruit la moindre infrastructure sociale, réduisant sa jeunesse à ne voir comme ultime recours que la fuite et l'immigration clandestine. Toutes leurs promesses n’ont abouti qu’à briser l’espoir des jeunes générations.

Ce parlement et les institutions pseudo-démocratiques qui surgiront des urnes émanent d’une Constitution octroyée après un référendum truqué. Cette Constitution concentre tout le pouvoir dans les mains d’une seule personne. Cette démocratie, loin de donner le pouvoir au peuple, n’est de fait qu’un pouvoir absolu, une dictature au sens plein.

Ce parlement n’est qu’une mascarade démocratique servant à appliquer des politiques antipopulaires décidées par une minime couche de nantis au service des intérêts du capital international pour poursuivre le pillage de nos richesses et nos ressources naturelles. De fait, ces nombreux partis qui se présentent ne seront que la voix d’un parti unique qui appliquera les politiques néolibérales qui lui sont dictées .

Depuis l’indépendance formelle du Maroc, leur « processus démocratique » ou « alternance démocratique » n’ont servi qu’à asseoir la domination d’une minorité. Le changement ne viendra pas du parlement, il se fera grâce aux luttes populaires que mènent depuis des décennies ouvriers, paysans pauvres et l'ensemble des opprimés.

Quelles sont nos tâches pour un réel changement ? Développer, rassembler et unir les luttes ouvrières et populaires ; élargir les réseaux de solidarité nationale et internationale ; redonner espoir pour des luttes et ressusciter l’espoir pour un changement ; renforcer les outils de lutte à travers les syndicats, les jeunes, les femmes, les opprimés et les exploités ; rassembler les forces vives dans la construction d’un parti révolutionnaire.

L’ultime voie pour l’ensemble des opprimés est de se libérer de la dépendance de l’impérialisme, de construire un réel pouvoir démocratique, économique et social qui passe par leur auto-organisation. Ceci ne peut se faire sans une rupture totale avec le capitalisme. Seul un parti révolutionnaire peut accomplir cette tâche.

Dans le cadre d’une démocratie bourgeoise, les élections ne sont qu’un moyen pour conscientiser plus largement les masses laborieuses sur leurs intérêts de classe. Les vrais changements se feront sur les lieux de travail, dans les quartiers et dans la rue autour de :

— Annulation des dettes, rupture avec les institutions financières internationales : Banque mondiale, Fonds monétaire international, Organisation mondiale du commerce !

— Annulation des accords de libre-échange américains et européens !

— Pour une réelle politique économique et sociale au service des populations, pour une redistribution équitable des biens et des ressources tout en préservant notre environnement écologique !

— Large démocratisation de toute vie économique et sociale au service des populations et non dans l’intérêt du capital !

Notre principale revendication reste celle d’une Assemblée nationale constituante pour une Constitution démocratique permettant de reconstruire un autre Maroc au service des aspirations populaires.

L'émancipation des opprimés est l’œuvre des opprimés par eux-mêmes. Notre libération se fera par la construction d’organisations de lutte démocratiques et de masse, de mouvements sociaux et par la construction d’un parti révolutionnaire qui fournira un nouveau souffle aux jeunes générations pour organiser la société autrement, sur des bases anti-bureaucratiques et anti-capitalistes, socialistes et internationalistes.

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta