logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
 

48 articles trouvés pour (sujet principal Tunisie)

1 . TUNISIE

Aux origines de l’embrasement social de janvier 2018

Fathi Chamkhi, dirigeant du Front populaire et député. février 2018 n°648

La Tunisie a connu, durant la semaine du 8 janvier, un nouvel embrasement en réponse aux mesures antisociales contenues dans la loi de finances 2018. Après une semaine de contestation, et parfois de heurts très violents avec la police (1), un calme précaire règne de nouveau sur l’ensemble du pays. La crise sociale, qui se poursuit en s’aggravant, continue de nourrir les frustrations et le mécontentement parmi de larges couches de la population. À tout moment, la colère peut resurgir à la surface.

photo

2 . TUNISIE

Les gauches politiques

Dominique Lerouge* septembre-novembre 2016 n°631-632

Contrairement à l’Égypte, en Tunisie les forces de gauche ont eu la capacité de maintenir une continuité pendant des dizaines d’années, même dans la clandestinité. La principale raison en est l’existence depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale d’un mouvement syndical puissant. Celui-ci a joué un rôle décisif dans les luttes pour l’indépendance et a permis aux forces de gauche de se protéger partiellement des effets de la répression. Certains de ses débats ressemblent à ceux d’autres pays, à commencer par ce qui concerne ses relations avec les pouvoirs en place.

photo

3 . RÉGION ARABE

Qu’est-il arrivé au printemps arabe, cinq ans après ? 1-2

Entretien avec Gilbert Achcar conduit par Nada Matta* février-mars 2016 n°624

Initiée en Tunisie le 17 décembre 2010, une vague révolutionnaire s’est répandue à travers le monde arabe. Des millions de personnes sont descendues dans les rues, exigeant la dignité, la démocratie et la justice sociale. Des mobilisations de masse d’une ampleur sans précédent se sont déroulées en Tunisie, en Égypte, en Libye, au Bahreïn, au Yémen et en Syrie. Elles ont transformé les dynamiques sociales et politiques dans l’ensemble de la région. Une politique de l’espoir est devenue possible. Cinq ans plus tard, des forces contre-révolutionnaires composées de secteurs de l’ancien régime et de fondamentalistes islamiques ont repris l’initiative politique et s’affrontent violemment pour le contrôle. L’Égypte se trouve sous une dictature pire que celle qui précédait le soulèvement ; des guerres civiles ont éclaté en Syrie, en Libye et au Yémen. Des centaines de milliers de personnes sont mortes et des millions ont été déplacées. Première partie - Un processus révolutionnaire à long terme - États rentiers « patrimoniaux » et « néopatrimoniaux » - Importance du mouvement des travailleurs - Égypte et Tunisie - Syrie, la gauche piégée par la propagande

photo

4 . TUNISIE

Cinq ans après le 14 janvier 2011

Entretien avec Fathi Chamkhi* février-mars 2016 n°624

Janvier 2011 a vu se lever un immense espoir dans la région arabe et au-delà. Cinq ans plus tard, la contre-révolution a incontestablement marqué des points dans une série de pays de cette région. Interview d'un des dirigeants du Front populaire. Propos recueillis le 10 janvier 2016 par Dominique Lerouge

photo

5 . TUNISIE

Après l’attentat de Daech à Tunis

Entretien de Dominique Lerouge avec Fathi Chamkhi* décembre 2015 n°dernieres

photo

6 . TUNISIE

Bientôt cinq ans après la chute de Ben Ali

Dominique Lerouge* novembre 2015 n°621

Janvier 2011 a vu se lever un immense espoir de bifurcation de l’histoire dans le bassin méditerranéen, et au-delà. Cet article fait un bilan rétrospectif de la situation en Tunisie.

photo

7 . LECTURES

L’UGTT, une passion tunisienne

Alain Baron (1) juin-juillet 2015 n°616-617

Hèla Yousfi, UGTT : une passion Tunisienne : enquête sur les syndicalistes en révolution 2011-2014, Édition Med Ali / IRMC, Tunis 2015.

photo

8 . TUNISIE

La « normalisation » est lancée

Dominique Lerouge* février-mars 2015 n°612-613

Le 5 février, le Parlement issu des élections du 26 octobre 2014 a voté la confiance au nouveau gouvernement à une écrasante majorité de 81,5 %. Ce tournant majeur dans la vie politique de la Tunisie intervient dans un contexte de crises économique et de tensions sociales où se multiplient les manifestations et les grèves.

photo

9 . TUNISIE

Après les élections législatives du 26 octobre 2014

Dominique Lerouge* octobre-décembre 2014 n°609-610

Victoire électorale de Nidaa Tounes, qui ne parvient pas pour autant à s’assurer la majorité parlementaire. Recul d’Ennahdha, qui pour autant reste le deuxième parti électoral et conserve de nombreux relais dans l’appareil d’État. Percée de la gauche, avec l5 député-e-s du Front populaire, dont deux marxistes-révolutionnaires de la Ligue de la gauche ouvrière (LGO)… Les élections législatives du 26 octobre 2014 sont loin d’assurer la stabilisation de l’État post-benaliste. Affirmée entre autres par Nidaa Tounes, la volonté de « refermer la parenthèse de 2011 » n’est pas près d’être satisfaite. Mais il convient de commencer par faire un retour sur les quatre années écoulées.

photo

10 . TUNISIE

La question du pouvoir dans le processus révolutionnaire

Dominique Lerouge* août-septembre 2014 n°607-608

Une analyse de la situation politique à la veille des élections législatives du 26 octobre

photo

11 . TUNISIE

L'orientation du Front Populaire de Tunisie

Fathi Chamkhi et Riad Ben Fadehl mars 2014 n°dernieres

Propos recueillis et aménagés par Alain Baron. Samedi 1er février a eu lieu à Saint-Denis (93) un meeting du Front populaire de Tunisie qui a rassemblé entre 200 et 300 personnes. Deux dirigeants nationaux étaient venus de Tunisie pour cette occasion : Riad Ben Fadehl est essentiellement intervenu sur l'analyse de la situation politique, et Fathi Chamkhi surtout sur la situation économique et sociale. Pour éviter des répétitions, des extraits de leurs interventions sont regroupés par thèmes.

photo

12 . TUNISIE, 11 FÉVRIER 2014

La dernière ligne droite !

Fathi Chamkhi * février 2014 n°dernieres

après l'adoption de la nouvelle Constitution, le nouveau gouvernement dirigé par Jomaâ va-t-il réussir à donner le coup de grâce au mouvement révolutionnaire ? La réponse dépend surtout de la capacité de la direction du Front populaire à corriger sa ligne politique et à revoir sa tactique et ses alliances. En tout cas, seules deux options demeurent possibles en Tunisie, celle de la liberté et du progrès social qui a été rendue possible par la chute du dictateur, et celle, au contraire, du retour d’un pouvoir politique répressif comme complément indispensable du régime néocolonial dominant

13 . TUNISIE

« Le socialisme est notre perspective, le parti révolutionnaire notre moyen »

Communiqué de la Ligue de la gauche ouvrière (LGO) novembre-décembre 2013 n°599-600

La Ligue de la gauche ouvrière (LGO) a tenu son congrès fondateur les 27, 28 et 29 septembre 2013 à Tunis.

14 . TUNISIE

Entre le « déjà plus » et le « pas encore »

Dominique Lerouge * septembre 2013 n°597

15 . TUNISIE

Le pouvoir d’Ennahdha est illégitime

Enretien avec Ahlem Belhadj * septembre 2013 n°597

16 . TUNISIE

Une lame de fond anti-Frères Musulmans

Fathi Chamkhi * septembre 2013 n°597

17 . DETTES EQUATEUR ET TUNISIE

Les leçons de l’Équateur pour l’annulation de la dette illégitime de la Tunisie

Éric Toussaint * juillet-août 2013 n°595-596

18 . FORUM SOCIAL MONDIAL / TUNISIE

Un front commun d’organisations politiques contre la dette est né

Pauline Imbach * mars 2013 n°dernieres

En amont du Forum Social Mondial (FSM) de Tunis, s’est tenue les samedi 23 et dimanche 24 mars la première rencontre méditerranéenne contre la dette, les politiques d’austérité et la domination étrangère, pour une méditerranée libre, démocratique, sociale, solidaire, féministe et respectueuse de l’environnement.

photo

19 . FSM / TUNISIE

Du Forum Social Mondial aux révoltes arabes

Esther Vivas * mars 2013 n°dernieres

La Tunisie, berceau des révoltes dans le monde arabe, accueille à partir du mercredi 27 mars et jusqu’à samedi le Forum Social Mondial (FSM), la plus importante rencontre internationale des organisations et des mouvements sociaux. Et n’est pas un hasard. Les promoteurs du FSM ont choisi ce pays en référence au « Printemps arabe ». Ce dernier a non seulement donné naissance à de nouveaux mouvements de contestation en Afrique du Nord et au Moyen Orient, mais il a aussi « contaminé » le sud de l’Europe, des Indignés dans l’État espagnol jusqu’au mouvement Occupy aux États-Unis.

20 . TUNISIE – 6 FÉVRIER 2013

À bas le gouvernement des assassinats !

Ligue de la Gauche Ouvrière février 2013 n°dernieres

Communiqué de la Ligue de la Gauche Ouvrière sur l’assassinat du camarade martyr Chokri Belaïd

photo

21 . TUNISIE. 12 FÉVRIER 2013.

Initiative politique du Front Populaire *

Front Populaire février 2013 n°dernieres

Déclaration du Front Populaire qui propose un programme d'urgence qu'un nouveau gouvernement transitoire devrait réaliser.

photo

22 . TUNISIE. 9 DÉCEMBRE 2012

Pour la défense de la révolution tunisienne, solidarité avec la grève générale du 13 décembre !

janvier 2013 n°590

Déclaration de la IVe Internationale

photo

23 . TUNISIE : L'ÉPREUVE DE FORCES N'A PAS EU LIEU

Entretien avec Nizar Amami *

janvier 2013 n°590

Nizar Amani fait le point sur les conditions d'appel puis d'annulation de la grève générale de l'UGTT prévue le 13 décembre.

photo

24 . TUNISIE

La Tunisie à la croisée des chemins

Jalel Ben Brik Zoghlami * janvier 2013 n°dernieres

Retour sur les phases révolutionnaires en Tunisie et point d'actualité sur la reconstitution du Front du 14 janvier, front large ouvrier et populaire. Une troisième force démocratique, progressiste, anti-impérialiste et antilibérale. (Abonnés)

photo

25 . TUNISIE

« Les mobilisations peuvent affaiblir ou même remettre en cause le gouvernement »

Entretien avec Jalel Ben Brik Zoghlami * janvier 2013 n°590

Retour sur les phases révolutionnaires en Tunisie et point d'actualité sur la reconstitution du Front du 14 janvier, front large ouvrier et populaire et sur l'UGTT.

photo

26 . TUNISIE

Fondamentalement rien n’a changé

Jilani Hammami * janvier 2013 n°590

En Tunisie, fondamentalement rien n’a changé, les causes qui ont donné lieu à la Révolution, sont toujours là.

photo

27 . TUNISIE

Regroupement de la gauche : le Front populaire pour la réalisation des objectifs de la révolution

Dominique Lerouge * janvier 2013 n°590

28 . TUNISIE, 4 DÉCEMBRE 2012

A bas le gouvernement scélérat ! Pour la dissolution de ses milices ! Pour la grève générale !

Déclaration Ligue de la Gauche Ouvrière décembre 2012 n°dernieres

Le 4 décembre, la milice islamiste d'Ennahdha a attaqué le siège national de l'UGTT. Dix syndicalistes ont été blessés. L'UGTT appelle à la grève générale pour le 13 décembre.

29 . TUNISIE

L’étincelle Bouazizi : le début d’un long processus révolutionnaire

Gilbert Achcar * 2012 n°dernieres

photo

30 . TUNISIE. 30 AOÛT 2012

La révolution continue !

Entretien avec Abdessalem Hidouri * 2012 n°dernieres

photo

31 . 22/02/2011 TUNISIE, ÉGYPTE

Un processus révolutionnaire de portée mondiale

Comité International de la IVe Internationale mars-avril 2011 n°571-572

Déclaration du Comité International de la IVe Internationale *

photo

32 . TUNISIE

Une révolution en marche

Jalel Ben Brik Zoghlami * mars-avril 2011 n°571-572

Entretien avec Jalel Ben Brik Zoghlami Propos recueillis par Jan Malewski, le 19 février 2011.

photo

33 . TUNISIE

Un gouvernement dans la continuité… mais capable de reprendre l’initiative

Ahlem Belhadj mars-avril 2011 n°571-572

Entretien avec Ahlem Belhadj * Propos recueillis par Jan Malewski, le 16 mars 2011

photo

34 . 1ER FÉVRIER 2011 TUNISIE

Déclaration de la Ligue de la Gauche Ouvrière (LGO)

Ligue de la Gauche Ouvrière (LGO) mars-avril 2011 n°571-572

Non au gouvernement de Ghannouchi/Mebazaa « constitutionnaliste », fabrication de l’Amérique et de la France !

photo

35 . 8 FÉVRIER 2011 - TUNISIE

Déclaration de la Ligue de la Gauche Ouvrière (LGO)

Ligue de la Gauche Ouvrière (LGO) mars-avril 2011 n°571-572

La révolution avance, la révolution s'approfondit ! Le peuple veut la chute du régime !

photo

36 . 5 MARS 2011 - TUNISIE

La vigilance et la mobilisation populaire doivent se poursuivre jusqu’à la victoire décisive de la révolution

Parti communiste des ouvriers de Tunisie * mars-avril 2011 n°571-572

photo

37 . 15 MARS 2011 TUNISIE

Communiqué du Front du 14 janvier

mars-avril 2011 n°571-572

A propos de la création de la « Haute instance de réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique »

38 . 30/01/2011 TUNISIE, EGYPTE

LES REVOLUTIONS EN MARCHE

Secrétariat International de la IVe Internationale janvier-février 2011 n°569-570

photo

39 . TUNISIE

Dégage, dégage, dégage ! Du passé faisons table rase !

Fathi Chamkhi * janvier-février 2011 n°569-570

La situation évolue très rapidement sur le terrain. La détermination, du côté de la rue, de vouloir en finir avec l’ancien régime demeure très grande, mais la marge de manœuvre du gouvernement d'unité nationale (GUN), bien qu’elle ne cesse de se rétrécir de jour en jour sous les assauts de la rue, demeure importante. Le GUN sait que le temps joue en sa faveur.

photo

40 . TUNISIE

Déclaration fondatrice du Front du 14 Janvier *

janvier-février 2011 n°569-570

photo

41 . 14/01/2011 19H TUNISIE

Ben Ali en fuite, soutien à la révolution démocratique

2011 n°dernieres

Communiqué du NPA

photo

42 . 15/01/2001 TUNISIE (DE TUNIS)

La révolution sociale et démocratique est en marche !

Fathi Chamkhi * 2011 n°dernieres

Les masses populaires tunisiennes viennent de faire une irruption spectaculaire sur la scène politique ! Elles ont réussi, au bout de 29 jours, d’une révolution sociale et démocratique, à chasser le dictateur Ben Ali ! C’est une grande victoire !

photo

43 . 15/01/2011 TUNISIE

Vive la révolution tunisienne, avant-garde de la révolution en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Journal Al mounadil-a * 2011 n°dernieres

photo

44 . 18/01/2011 TUNISIE ALGÉRIE

Que vive la révolution tunisienne !

Déclaration du PST d’Algérie * 2011 n°dernieres

45 . 19/01/2011 TUNISIE

Pourquoi le gouvernement de Mohammad Ghannouchi doit-il tomber ?

Fathi Chamkhi * 2011 n°dernieres

La formule de gouvernement proposée aussitôt après la destitution de Ben Ali en Tunisie le 14 janvier, et présidé par Mohammad Ghannouchi, n’est pas celle d’un gouvernement émanant d’une révolution victorieuse, ne reflète donc pas ses aspirations et n’adopte pas ses revendications. Note du 21 janvier 2011 : depuis la rédaction de cet article 1. Le gouvernement de Ghannouchi s’est davantage affaibli ; le nombre total des ministres démissionnaires est de 5. Cependant, ce dernier se maintient ; il est en réunion depuis quelques heures. 2. Parallèlement, le mouvement révolutionnaire maintient une forte mobilisation et se concentre sur deux axes, tous deux en rapporte avec le RCD (parti de Ben Ali) : Les manifestations dans pratiquement toutes les villes de Tunisie, convergent vers les locaux du RCD, même chose pour son siège à Tunis. Certains, notamment à Tataouine, ont été investi et saccagé par les manifestants. Les employés des entreprises publiques et des administrations centrales de l’État, surtout à Tunis (sièges sociaux…) organisent des occupations qui réclament l’exclusion des dirigeants (qui sont en même temps des membres notoires du RCD). Ce fut le cas de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (PDG et DGA chassés hier), STAR (assurances, PDG chassé), BNA (banque, PDG chassé)… Les employés de l’administration centrale des impôts, tout en exigeant la démission immédiate de du directeur, veulent préserver les dossier afin de pouvoir enquêter par la suite sur les évasion fiscales…

photo

46 . LUNDI 24 JANVIER 2011 TUNISIE

La révolution en marche

Ataulfo Riera * 2011 n°dernieres

photo

47 . 9/02/2011 TUNISIE

UN PROCESSUS REVOLUTIONNAIRE ?

Chawqui Lotfi * 2011 n°dernieres

photo

48 . TUNISIE

Le soulèvement des habitants du bassin minier. Un premier bilan

Ammar Amroussia janvier-février 2009 n°545-546

Ammar Amroussia, instituteur, est le porte-parole du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT) dans la région de Gafsa. Il a été condamné pour son appartenance au PCOT et a perdu son travail d’instituteur en 1997. Il a vécu dans la clandestinité jusqu’en février 2002, date à laquelle il a choisi de mettre un terme à sa clandestinité pour suivre le procès des dirigeants de son parti, H. Hammami, A. Madouri et S. Taamallah. A l’issue de ce procès, il a été sauvagement aggressé et emprisonné jusqu’en novembre 2002. Le PCOT, fondé en 1986, reste officiellement interdit en Tunisie. Il se définit comme un parti communiste marxiste-léniniste. L’article que nous reproduisons ici a été d’abord publié dans la revue du PCOT Le communiste en date de mai 2008.