Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

N° 449-450 juillet-septembre 2000

LÉON TROTSKY (1879-1940)

A LIRE SUR LÉON TROTSKY…

Cf. aussi : [Trotskysme]

Jean-Michel Krivine

A l’occasion du soixantième anniversaire de son assassinat, il est utile de lire (ou de relire) certains textes qui retracent la vie mouvementée (et la mort) du fondateur de la Quatrième Internationale. Nous ne donnerons que quelques titres majeurs en distinguant ceux qu’on peut encore se procurer à la librairie La Brèche et ceux qu’on ne peut que se faire prêter par de vieux militants…

1 — on peut trouver à La Brèche

Ma vie, de Léon Trotsky — Gallimard (558 pages pour seulement 80 FF !) c’est le premier livre qu’il écrivit en 1929 après son exil. Bien qu’ardent plaidoyer pour sa cause, l’auteur demeure d’une parfaite honnêteté et la qualité de son style fait qu’il se lit comme un roman.

la contribution la plus complète à l’historiographie de Trotsky est incontestablement celle de Pierre Broué avec son Trotsky paru chez Fayard en 1988 — 198 FF, mais 11O5 pages !

comment s’est formé le futur dirigeant d’Octobre est très bien présenté par Jean-Jacques Marie dans Trotsky, Ed. Autrement, 1998, Naissance d’un destin — 89 FF.

Pierre Naville a fréquenté Trotsky entre 1927 et 1940, il rapporte ses souvenirs dans Trotsky vivant, Julliard, 1962.

pendant 12 ans Gérard ROSENTHAL va collaborer avec le “Vieux” dans son combat contre Staline en alertant la justice et l’opinion . Il relate cette période orageuse dans Avocat de Trotsky, Robert Laffont, 1975.

pour avoir un aperçu de la lutte politique quotidienne pendant les années 30 on lira avec intérêt la Correspondance 1929-1939 entre Léon Trotsky et Alfred et Marguerite Rosmer qui demeurèrent ses amis même après avoir rompu politiquement avec lui en 1931.

plusieurs revues paraissent régulièrement et fournissent nombre de documents et de témoignages inédits concernant Trotsky et le mouvement qu'il a créé :

en premier lieu, les Cahiers Léon Trotsky, dont 70 numéros sont parus depuis janvier 1979. Éditée par l’Institut Léon Trotsky dont le président et directeur scientifique est Pierre Broué.

les Cahiers du mouvement ouvrier, revue trimestrielle éditée depuis avril 1998 par le Centre d’Etudes et de Recherchessur les Mouvements Trotskystes et Révolutionnaires Internationaux (C.E.R.M.T.R.I.). Le directeur de publication est Jean-Jacques Marie.

les Cahiers du C.E.R.M.T.R.I., publication trimestrielle, dont chacun des 97 numéros parus est consacré à un seul thème.

enfin le BLEMR (Bulletin de Liaison des Études sur les Mouvements Révolutionnaires), publication trimestrielle paraissant depuis décembre 1998, dirigée par Jean-Guillaume Lanuque.

2 — on ne trouve plus en librairie

le monumental Trotsky rédigé par l’ancien trotskyste polonais Isaac Deutscher entre 1952 et 1965 — Julliard. Il comprend 3 tomes : Le prophète armé ; Le prophète désarmé ; Le prophète hors la loi. Même s’il comporte certaines erreurs factuelles signalées par Pierre Broué il n’en demeure pas moins un livre de référence et il fallait avoir eu une sacrée conviction pour en publier le premier tome un an avant la mort de Staline…

Vie et mort de Léon Trotsky du grand écrivain de l’Opposition de gauche russe, Victor SERGE (Petite Collection Maspéro, n° 115 et 116, 1973). C’est en fait un livre à quatre mains, composé par Serge sur la base des souvenirs enregistrés de Natalya Sedova, épouse de Trotsky. Les parties sur la répression stalinienne en URSS, que Serge a subie avant d’être expulsé en 1935, sont particulièrement remarquables.

les Mémoires de son fidèle secrétaire, Jean van Heijenoort, décédé en 1986 : Sept ans auprès de Léon Trotsky, Les lettres nouvelles, 1978.

la Correspondance 1929-1940 entre Léon Trotsky et Pierre Naville, Denise Naville, Jean van Heijenoort, l’Harmattan, 1989.

la Correspondance 1933-1938 lors des rares et courtes séparations entre Léon et Natalia Trotsky. Il s’agit là des seuls textes “non politiques” de l’auteur où apparaît véritablement l’être humain avec tous ses problèmes (et également son appétit sexuel, dans une fameuse lettre du 19 juillet 1937…).

On ne trouve malheureusement pas non plus les deux livres sur l’assassinat de Trotsky :

L’assassinat de Trotsky de Julian Gorkin, Julliard, 1970. L’auteur, ancien dirigeant du POUM espagnol, est un de ceux qui parvinrent à établir la véritable identité du tueur à une époque où l’URSS et le PCF affirmaient encore que Trotsky avait été exécuté par un des siens, déçu.

L’assassinat de Trotsky de Pierre Broué, ed. Complexe, 1980. Très bonne synthèse de tous les éléments connus avant l’ouverture des archives soviétiques, avec en annexe des documents irremplaçables et une chronologie très utile.

Trotsky d’Ernest MANDEL (Petite collection Maspéro, n° 237, Librairie F. Maspéro, Paris 1980) est épuisé également. Ce n’est pas une biographie, mais une étude des apports spécifiques de Trotsky au marxisme. Complet et passionnant, ce petit essai, rédigé à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance, mériterait une réédition.

Vous appréciez ce site ?
Aidez-nous à en maintenir sa gratuité
Abonnez-vous ou faites un don
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta